Il suffit d'un mot

Tous ces débordements ingérables

Je n’ai plus de voix. Ce n’était pas brillant ces derniers jours et puis j’ai relancé LeChat sur l’école qu’il avait trouvée dans le Sud, pour les appeler. Et ma voix a disparu quand il m’a annoncé que contrairement à ce qu’on lui avait dit, deux instits sur les trois font la méthode Freinet (et non tous)
Je crois que je cède. Fatiguée. Si fatiguée.

Prince ayant voulu retourner à l’école suite à la discussion avec son institutrice, et l’assurance pour lui qu’elle ne tirerait plus les cheveux des enfants, nous l’avons laissé faire. Elle a fait en sorte de davantage l’impliquer dans la classe, sans doute pour qu’il veuille rester (pure spéculation de ma part, je ne connais pas ses motivations). Et les quelques jours qui ont suivi, elle a même arrêté de crier. Nous lui avons d’ailleurs expliqué que nous ne prenions rien pour acquis, que ce n’était pas un chantage de notre part mais simplement un fait : notre décision de son retour n’est pas définitive, on peut le retirer de l’école à tout moment si on le juge nécessaire et dans tous les cas nous cherchons une autre école (ce fut dit avec plus de douceur et sans émotion, simple état de fait). Elle l’a compris.

Oui. Mais voilà. Nous lui avons enlevé un moyen de pression sur les enfants, elle ne tire plus les cheveux, alors elle s’est tourné vers d’autres méthodes.
Elle menace les enfants.
De les faire retourner en maternelle parce qu’ils n’écoutent pas, parce qu’ils n’y arrivent pas.
De leur mettre du scotch sur la bouche (c’est une manie dans ma ville ou bien ?).
Elle les envoie dans le couloir, seuls. J’en tremble.
La gamine en foyer, situation ô combien stressante, a fait pipi dans la classe, et s’est pris une engueulade.

Prince recommence à me dire qu’il ne veut plus y aller, qu’il veut une autre école et rester à la maison en attendant, il ne gère plus les débordements de son institutrice.
Et moi, en mère indigne terrifiée et épuisée, je laisse mon enfant malgré tout à l’école, je ne pousse pas à le récupérer, je fais ce que je peux pour en trouver une autre mais tout me semble trop long, trop compliqué sans argent. Tout est inaccessible.

Si je n’avais pas mes problème de santé, je l’aurais fait avec bonheur. On aurait trouvé un moyen de soupape pour que je puisse m’épanouir en parallèle, mais ça se serait fait. Là.. Faire l’école à la maison est un régal, Prince et Hibou en raffole (oui parce que quand on fait les devoirs de Prince, je fais aussi pour Hibou qui est très en demande..), mais moi je suis épuisée..

Alors je me sens perdue.

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *