Je mets des sourires dans mes phrases

All the Beautiful Things by Ibrahim Maalouf on Grooveshark

J’ai.. Fermer les yeux sur Silences.. refermé la laideur imposante, elle m’a lâchée comme un oiseau qui oublie son envol et se crash sans délicatesse. Je cherche un autre monde, je tâtonne de mes mains sur vos visages mais ils ne me disent rien. Vous n’avez que vos silences à opposer, vos mondes dangereux dans lesquels vous embourber et blesser. Ce terrible vide en moi qui me fait tomber quand d’un mouvement votre regard se détourne de la falaise sur laquelle je me tiens. Votre regard vide. Poursuit mon vide.

Je ne voudrais rien de vos détresses qui s’enfuient une fois présentées, je cherche vos rêves vos nuits vos rires et y superposer ce que je vis. Un ensemble de vie, des liens insensés sous les pieds sur le sol sur l’herbe les pieds nus notre ensemble, un minuit qui sonne sur nos regards liés.

Je suis partie dans la vitesse de l’arrivée, pour ne pas m’enfermer. Quelques instants de vie que je voulais sans regard, fermer les yeux sur tous mes silences. Mais rien ne se ferme correctement dans cette vie où les mots se brisent à l’intérieur de la solitude des autres. Il n’y a que moi et moi. Il y a de ces lieux où l’on s’enferme quand on parle haut, mais il n’y a que moi qui rêve seule en y parlant tout bas et les regards appuyés sur vos peurs invisibles profondément éloignées mais entre nous.

J’avais oublié. Il n’y a que moi.
Et toutes les autres Moi qui murmurent haut dans le ciel, toutes les autres Moi qui parlent seules.
J’avais perdu l’écriture dans tous ces Moi disparus que je n’écoutais plus, j’ai mis trop de sourires, trop de vous et je dois dire que vous n’y êtes pas. J’ai oublié, vous n’y êtes pas.

Dans la rue je me parle pour affronter vos villes.

Vous n’y êtes pas.

Je me voudrais de nuit dans une chambre d’hôtel plongée dans le noir et les lumières, les lumières de vos villes en reflet sur mon âme. Et doucement, doucement, l’Aube.

mesange

Dame Ambre

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement.

(Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

D'autres mots d'hier et d'avant avant-hier