Hibou est rentré dans la classe, a fait demi-tour devant la maitresse et a fait un gros câlin à son papa, et puis finalement il est allé jouer avec des voitures au milieu de trois autres enfants.
C’est quand je lui ai dit au revoir, que tout a basculé pour lui.

Il a hurlé.
Il hurlait encore « maman », trois minutes après mon départ de la classe, mon mari me trainant hors de l’école.

Depuis, je suis sur un fil prêt à se rompre.

alocasia, elephant's ear plant, jardin des plantes, Montréal, Québec

Dame Ambre

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement.

(Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

D'autres mots d'hier et d'avant avant-hier

4 Comments

  1. Je te souhaite d’avoir la force de garder le fil intact ou de le retisser à mesure qu’il cède. Peut-être que la résilience sera de son côté, et il me semble qu’il faut lui laisser toute sa chance, à la résilience.

    Mais pensées pour toi, tant et plus.

  2. C’est demain. Demain qu’il va me falloir toute ma force, parce que je serai seule à laisser Hibou à l’école, mon mari travaillant.
    Je suis sur le principe entièrement d’accord avec toi. Demain, je serai peut-être d’un avis émotionnel compliqué..

Comments are closed.