De nouveaux pas

Mon tout petit va à l’école. Il marchait ce matin à mes côtés, me disant je suis triste. Il tenait son parapluie bien droit et parfois pour me regarder, son visage prenait quelques gouttes le temps de le déplacer. Devant la classe, dans ce manteau qu’il refuse toujours de quitter, nous avons fait un gros câlin avec des je t’aime accrochés, la condition devenue incontournable pour qu’il rentre, seul, dans la classe, en douceur. Sa petite mine toujours chiffonnée, il m’a fait un signe de la main et j’ai fait demi-tour avant qu’il ne s’effondre.

Mercredi matin, il a participé aux activités pour la première fois et quand je suis venue le chercher il m’a offert son beau dessin et j’étais émue, oh j’étais émue..
L’otite de la nuit suivante, je l’ai maudite. J’ai craint, tellement, que cela rompe ce fragile équilibre que nous mettons en place.. mais ce matin, il a fait sans l’interruption, comme si la veille il était venu : il est entré dans la classe et maintenant j’ai une matinée à moi, de repos.

J’ai mis la musique, sans doute que je remplace les cris de mes enfants, je meuble le silence de l’appartement. Je ferai peut-être des lasagnes avec la demi-courgette esseulée qu’il reste, et puis cette lettre de motivation. Je crains de perdre ma faculté d’écrire dans un niveau terriblement à côté de ce que je suis fondamentalement, et ne parlons pas du féminisme qui va pleurer dans un coin. Mais il va bien falloir que de l’argent rentre : la CAF est au courant, Hibou va avoir trois ans et pratiquement six cent euros vont disparaitre dans deux semaines. Je pense demander à suspendre le remboursement de la voiture, le temps de voir venir. Le temps d’écrire, mal, pour manger.

Et puis il est fort possible que je m’amuse dans cette expérience étrange. Après tout, tout est une question de perception.

reflet dans la glace de la riviere
Mon reflet dans la glace de Ottawa River

Like

2 commentaires sur “2”

  1. C’est quoi le métier que tu faisais ou pour lequel tu te destinais, dis ?

    Je souhaite de trouver des sources de revenus qui soient également sources d’épanouissement, que ça soit compatible avec ta maladie, bref, que tout s’adoucisse et s’harmonise.

    1. Merci 🙂 Je vais fortement y travailler en tout cas 🙂

      Parcours chaotique, comme beaucoup ! Études de psycho, auxiliaire de vie puis libraire (ET vendeuse tabac/magazines le plus souvent). Libraire j’ai profondément aimé, mais on doit porter des cartons souvent lourds et je me suis abimée. Pourtant j’adorerais être de nouveau libraire ^^ A choisir, je ferais ça (dans un monde idéal).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *