Quand trois facteurs indépendants se rencontrent

1. Hibou ne veut plus aller à l’école. Cela doit faire une semaine qu’il nous le dit, et les jours passant sa détermination grandit. Nous avons discuté avec lui, des avantages d’être à l’école le matin avec un certain apprentissage et d’être à la maison l’après-midi où il apprend d’autres choses. Il a dit d’accord. J’ai cru comprendre qu’il s’ennuyait. Vu la suite des évènements, nous aurions dû retirer Hibou de l’école. Qui sommes-nous, vraiment, pour obliger un enfant à aller à l’école ?

2. Je ne mets pas de sous-vêtements. Ça me serre, c’est inconfortable, il y a onze ou douze ans que j’ai abandonné la bataille.

3. Mes enfants ne mettent pas non plus de slips ou boxers ou autres. Ce fut un choix éclairé de leur part. Il y en a malgré tout dans leurs tiroirs, afin qu’ils continuent d’avoir le choix. Hibou a toujours refusé d’en porter – à la limite de nous le hurler d’angoisse – et Prince n’en a jamais vu l’intérêt. Malgré tout, tous les six mois Prince met un boxer ; l’occasion pour lui de me dire « celui-ci est trop petit », et de le changer de chambre. Nous avons des boxers migrateurs.

Hier après-midi, Hibou a décidé de se servir de ceux qu’il a dans son tiroir : ils sont tous passé à l’essayage, c’est une pagaille magique. Il venait fièrement, me montrer qu’il avait mis un slip, puis un autre, dans tous les sens possibles et imaginables ; garder mon sérieux fut compliqué ^^

Ce matin, Hibou a décidé d’aller à l’école avec un slip. Tous les dix pas, et sans se préoccuper des parents autour, il a expliqué à son papa :
_ Moi j’ai une culotte et maman elle a pas de culotte !

..

Je sens que le pourcentage de risque que je rencontre à midi, une institutrice hilare, est assez élevé.

papillon pissenlit

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *