L’ombre sous le drap

Ramblin’ Man (feat. Moriba Koïta) by Moriarty on Grooveshark

Ma pensée longeait ce matin sous la couette, la nuit tressée avec infiniment de douceur. L’inconvénient est que je n’en suis pas sortie : j’ai continué au gré des heures, à dormir les yeux ouverts. Cette bulle terrible m’enferme hors du monde, je m’en sens expulsée, comme punie d’une faute inconnue mais monstrueuse. Cet intense épuisement couplé aux articulations douloureuses à m’empêcher d’exister dans ma maison, je me sens fortement inutile.
Je ne tiens plus le crayon pour le tailler – saviez-vous la force que cela demande – je ne peux faire les gestes simples d’un quotidien qui veut que tout soit porté d’un point à un autre, d’un placard à une table, d’une machine à un placard. J’ai le plus merveilleux des maris à mes côtés et la peur de l’épuiser lui dans ce quotidien qui se dissout sous mes pas.
Vraiment.
Inutile.
Inapte à m’intéresser au monde, inapte au monde, inapte à vos mots.

Je suis enfermée et vous n’existez pas.

solitude rouge

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *