Bilan Marsien

Financièrement.
J‘ai réussi mon pari de ce mois : manger autrement, moins dépenser, ne pas consommer. Je n’ai pas touché à l’argent versé via le RSA. Nous avons mangé beaucoup de fruits, des légumes, un peu de pâtes, des biscuits maison. Nous avons divisé par deux, le budget alimentaire familial et je ne pensais pas cela possible. Il nous a suffit finalement de supprimer les gâteaux industriels et de réduire les achats fromagers au bloc de gruyère et à l’unique buche de chèvre. J’ai pu me permettre une huile essentielle d’Eucalyptus dans le panier, et je n’ai pas considéré cela comme un luxe : un simple geste pour nous. Je sais mieux ce que nous pouvons nous permettre en achats non-alimentaires ; rien d’extraordinaire, je vais continuer de me contenter de grimacer à l’école qui nous demande un paiement pour la coopérative – elle vient de réaliser que nous étions passé à travers avec sa rentrée en janvier -, mais cela veut aussi dire que je vais pouvoir acheter un cadeau d’anniversaire au copain de Prince sans trembler – j’espère que l’enfant ne sera pas trop sociable malgré tout.
Ma plus grande victoire financière depuis longtemps. Si nous continuons ainsi, nous pourrons changer les enfants d’école. Je songe, pour ce faire, à prendre un travail pour lequel mon corps lâchera dans un temps plus ou moins certain, rehausser mes droits Assedics et avoir ce droit somme toute, de vivre aussi normalement que d’autres. Ma petite part boudeuse contre l’autre qui dit « tu ne peux pas faire ça à un employeur. » Tais-toi.

Scolairement.
Il est évident que la maltraitance de l’école nous force à agir, dans un sens ou un autre. Je ne peux me résoudre à perdre le peu de patience et de liberté que je gagne sur ces matinées merveilleuses, aussi tentante que soit l’école à la maison. Nous avons prospecté deux écoles, l’une à vingt minutes de chez nous, l’autre à deux heures cinquante six minutes. La facilité voudrait l’une, j’aime l’autre, son soleil, son train, sa proximité avec M. Jeudi, nous avons rendez-vous avec l’une. Dont acte.

Musicalement.
Ce que j’ai écouté ce mois.

Littérairement.
Je dois absolument travailler ma confiance en moi, je m’empêche d’avancer. Bloquée sur un exercice du Mooc où je suis inscrite – qui ne se prêtait pas à ce que j’écris – je suis retombée dans cette impossibilité d’écrire tous les jours. J’ai fini par envoyer promener l’exercice sans aucune finesse. D’une certaine manière, je suis fière d’avoir su envoyer un article sans perfection aucune, ponctué de « je ne sais pas ».
Je suis également bloquée par cet exercice hebdomadaire que je dois poster en ligne, visible par tous les inscrits. Périlleux.
J’ai repris ce matin le texte que j’avais mis de côté sans le relire une fois écrit – le drap qui claque – et je me suis demandée pourquoi il m’avait été si lourd. A moins que la réelle question ne soit plutôt pourquoi il ne l’est plus aujourd’hui. J’ai du travail. Il n’est pas mauvais, mais je peux faire diablement mieux.

Maladivement.
Le pied se pose toujours avec douleur, je crois que j’apprends à marcher avec un pouce décalé.
J’ai finalement pensé à appliquer sur mes poignets et pouces, mon mélange d’HE miraculeux pour mes cervicales. Et ce matin, j’avais récupéré mes mains et ce fut un immense soulagement. La journée passant j’ai du remettre l’attèle, mais je sais que je peux agir et je n’ai plus cette peur qui me dévore. Je ne peux rien contre les autres douleurs dont l’origine est différente, mais se servir de ces mains a une saveur particulière – je peux agir sur le monde.

Émotionnellement.
Instable. J’ai besoin de danser. J’ai ce besoin de thé, de deux, de regard, de toucher. Je manque. Je dois bien admettre que ce cycle n’aura sans doute jamais de fin et que ma vie sera marquée par ce manque à tout jamais. Amère est la conclusion.

Amoureusement.
Je ne peux que remercier la vie pour l’homme qui s’est installé dans ma vie et ne se fatigue pas de l’être que je suis.

Amicalement.
Marquée par ton mail, ma journée ensoleillée..

Photographiquement.
Je triche depuis des semaines, mes photos datent de 2013. Mais je ne désespère pas de pouvoir porter mon appareil de trop de kilos.

cœur tronc arbre

Like

3 commentaires sur “3”

    1. Oh mais oui avec grand plaisir ! 😀

      Je mélange :
      huile d’amande douce + HE menthe poivrée + HE basilic + HE romarin.

      Miraculeux sur les muscles, efficace également pour les articulations (mais moins ciblé). Le mieux pour l’huile serait la millepertuis qui a une propriété antalgique (mais on ne doit pas s’exposer au soleil avec ensuite, donc l’huile d’amande douce est tout aussi bien, dans le doute).

      HE à doses équivalentes, davantage de menthe si la douleur est importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *