Dessins

La plainte de l’abandonné

ecriture au stylo
 
 
 
 
Un phénix m’a dit le livre.
Un héron a dit mon crayon

 
 
 
Entrainer ma main à la tenue du bâton tenir la chose entre les doigts conserver la ligne lentement ne pas se blesser sur les souvenirs depuis les ombres se promènent chuchote le gris les mots ont blessés tu ne sais pas faire aller plus loin poser le mouvement la distance un virage juste un instant me guetter dans le trait être ivre de liberté le trait sur les mots reprendre ne pas tout aimer laisser voir ce premier trait dis lui toi. Ne pas détruire.

 
 
 
 
 
 
 
 
 

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement. (Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *