Il suffit d'un mot

Entre les deux

entre les deux

la faille entre

 
 
Ne serait-ce qu’un rêve ? déjà tout m’échappe. Je me sens prise d’une urgence, un rugissement l’éveil de la conscience, une prise violente avec la réalité dans laquelle je perds pied dans des vagues qui m’écrasent. Où sont mes rêves les échappés, ceux qui brûlent les yeux les soirs d’insomnie ceux qu’on ne voit plus que la nuit – celle qui tremble de ne rien tenir ? L’idée de maison progresse au rythme inversé de l’avancée de la maladie sur mon corps. L’effrayant spectre qui souligne l’inutilité de mes mains. Quelle idée étrange de vouloir construire quand on ne prend pas une assiette sans la lâcher.
J’ai l’envie du chuchotement dans un souffle, la douceur où que je pose mon regard. J’attends la maison qui fera battre mon cœur, celle qui me chuchotera viens tu es chez toi. Je vois les grandes fenêtres le sol en bois les livres dans la bibliothèque les plantes sous la veranda, je ne vois que toi et je ne sais pas où tu es.
Je suis entre mes rêves chuchotés.
 
 
 
 
 
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Lonesomeone by Ladylike Lily on Grooveshark

Like

4 Comments:

  1. Blanche

    Etre entre des rêves chuchotés…
    c’est exactement ça… Exactement là où je suis même si ce n’est pas les même rêves. Je suis dans le creux à coté, ayant décidé de faire une réunion buissonnière pour boire à la source de « l’homme qui savait la langue des serpents »
    cette impression floue d’un ailleurs différent qui nous parle de nous même.

  2. Blanche

    bientôt
    ce mot comme une respiration, un peu d’oxygène… une branche où s’accrocher…
    Bientôt un thé sans téléphone entre nous deux

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :