Le corps dissonant..

Le corps dissonant..

tronc emmêlé Plume d'Ambre

.. se confiera jusqu’à

 
Un rectangle blanc et froid décore mon poignet : je m’en sers visiblement beaucoup trop. Nous avons bien abordé la question de ne plus écrire, mais je ne suis pas capable d’une telle concession. Pas encore. Pas si je compte continuer à apprécier la vie.
Alors ce petit rectangle blanc et froid – anti-inflammatoire décoratif. A changer toutes les vingt-quatre heures, sur un mois entier. Autant les HE ont été miraculeuses sur mon poignet gauche, autant le droit à refuser de s’y laisser prendre : je ne fais passer la douleur que par intermittence. Et je ne plaisante pas, je ne compte guère qu’elle s’installe.
Les enfants étaient repartis dans la salle d’attente et elle m’a regardé sans sourire. Parfois vous vivez sans douleur ? et elle a fait non de la tête à ma place.

Ce petit rectangle a été arraché quelques heures après sa pose, faute d’en supporter le poids comme un sirop de sucre insupportablement collé sur la peau. Pas plus que l’attèle d’ailleurs – mais quel nom réel cela a ? – passé un certain temps je suis incapable de garder cette chose. Le traitement va être trop sympa à gérer.
coccinelle en equilibre
Hibou n’a pas d’appendicite – oh merci – mais un souci intestinal qui se localise au même endroit. Le lait, encore lui.. L’asthme est terminé, mais nous enchainons. Il a un traitement pour aider, mais on doit en parallèle, arrêter l’intrus. Je ne sais pas comment on fait passer à un enfant la volonté de boire du lait, sans le traumatiser à vie. Nous allons lui parler, faire en douceur.. la vie dira si nos choix sont les bons.

E
t puis.
Décider de la feuille de route, celle qui nous épuisera inévitablement mais qui comblera tant. Après la fête d’anniversaire d’un enfant qui m’est facilement insupportable de suffisance, nous nous envolons à travers la France : ce mois-ci de mon propre anniversaire – mais combien sommes-nous en avril – j’ai fait le choix des tasses de thé et de taire les finances. Je n’ai pas tous les mois trente-huit années à fêter. L’instant présent sera étincelle.

J’aurais aimé voir plus de personnes, mais je ne sais pas me dédoubler ni rallonger le temps, tout en prenant relativement soin de moi, de nous. Cinq journées de rencontres, de retrouvailles, de respiration.. de fatigue aussi.

Il me reste encore quelques minutes pour respirer ce calme, cette sérénité avant la route.

.. fermer les yeux et sourire au soleil.

Like

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *