Il suffit d'un mot

Prise en charge de la douleur

coquelicot seul

 
J’ai un médecin merveilleux, à l’écoute, efficace. Ce matin, nous nous sommes enfin vues. J’ai attendu qu’elle revienne de vacances, puis qu’elle revienne suite à une longue absence : un mois et demi a passé depuis ma rencontre avec le Professeur de Montpellier. J’y allais pour lui demander si elle acceptait de me suivre dans ce qui dépasse complètement la médecine générale, je n’ai même pas eu besoin de poser la question. Elle va être ma référente – et je ne veux plus déménager.

Je suis ressortie avec un courrier pour le centre anti-douleur ; j’ai même appris qu’il y en avait un dans ma ville : si le contact passe bien, je n’aurai pas à me rendre à GrandeVille. Elle m’a expliqué qu’il pouvait parfois avoir la main lourde tant il veut éradiquer la douleur, et qu’elle ajusterait aux besoins de mon corps si nécessaire. Sur le courrier du Professeur, elle y parlait de kinésithérapie, et elle a tiqué fortement : elle aussi craint que je ne me fasse démonter les articulations. Nous en avons parlé, et elle m’envoie faire des séances de faciathérapie à raison de deux séances par mois. Si nous avons un résultat, c’est à vie. Nous avons discuté du traitement que je n’ai pas supporté, et elle m’a prescrit de l’oxygène : cela devrait aider pour l’épuisement et pour la douleur – à vie là aussi.

Je suis prise en charge.
Je. Suis. Prise. En. Charge.

Ma vie commence.

Pour fêter cette journée, je me suis acheté le dernier Flow \o/
 
 
 

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté.
Winston Churchill

 
 
 

2 Comments:

    1. Je n’arrive pas encore à bien réaliser. J’ai des phases d’euphorie, j’alterne avec des « je n’arrive pas y croire ». Je vais mettre un peu de temps je crois 🙂

      Merci de tes mots <3

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *