J’aimerais mais je n’ose pas

crayons
 

Je ne participe jamais mais cette fois.. et bien cette fois, je crois que ça vient réveiller une vieille question.
J’aimerais mais je n’ose pas, question posée par Agoaye.

Je voudrais un chat. Un noir, un roux, une écaille de tortue, un bleu turquoise, je m’en fiche. Je voudrais un chat, je suis certaine qu’un chat me voudrait, mais je n’ose pas, je n’oserai jamais parce que LeChat refuse et que braver mon mari sur une simple questions poilue, c’est ridicule. Mais un chat.. ah oui je voudrais un chat. Parfois – sauf si je pense aux poils dans la maison ; là je redeviens bizarrement raisonnable.
Je voudrais des crayons aquarelle, des pleins. Des bleus des verts des rouges des roses, tant et tant que mes dessins seraient des arcs-en ciel. Je n’ose pas pour la simple raison que je viens de m’en acheter une boite de 24 et que oui évidemment je pourrais m’en acheter des 36, des 48, des.. 60, oh la boite de 60 ce rêve inatteignable – je vous ai parlé de la boite de 120 crayons..? Non ? C’est normal, elle coute un rêve – mais à quoi bon puisque j’ai déjà ma boite de 24 ? C’est bien 24. C’est juste.. pas suffisant pour les teintes, les contrastes, la vie de mes dessins. Je suis frustrée parfois. Mais je n’ose pas non , acheter davantage. Et surtout pas au prix indiqué.
Je voudrais des chocolats. Des belges, des suisses, des en boutique, des délicieux. Mais l’inconvénient d’avoir un budget serré, c’est qu’il serre aussi bien la taille que les cordons de la bourse.
Je voudrais boire un thé à la terrasse d’un café, boire un thé tous les matins. Je voudrais y retrouver une amie, autour de cette tasse de thé. Mais l’argent, le manque d’amis dans ma ville, et les matins avec mes enfants, renvoient ce rêve à une vieillesse où je serai rentière.
J’ai envie d’écrire mon histoire de chelou de moi sans moi. Je n’écris pas parce que peut-être je me retiens de dire que ça faisait trop mal cette histoire. Ou que je le dis, mais que je le dis tellement trop que je n’en peux plus de l’écrire. Je ne sais pas pourquoi je n’ose pas m’y balancer entièrement. C’était peut-être trop, toute cette douleur réveillée.
J’ai envie de faire des confitures. Ce n’est pas que je n’ose pas, c’est que je n’ai pas les fruits du jardin qui vont avec la confiture de mes rêves. Il pourrait faire un effort, ce jardin.
Je voudrais certains samedis, prendre le train et regarder le paysage défiler durant des heures et débarquer comme ça. Mais je n’ose pas parce que l’argent manquerait bien trop.
Je voudrais partir en voyage sans même y penser, m’enfuir avec un sac sur le dos et saluer le soleil le matin. Mais. Ma santé.
Je voudrais griffonner tant et tant de carnets, les remplir de mon écriture qui se fatigue au bout de quinze mots. Mais elle se fatigue justement. Mais j’ai peur de perdre du temps et je passe par l’ordinateur et je suis bête parfois.
Je voudrais changer d’écriture et y trouver les rondeurs qui me faisaient rêver lorsque je recevais un courrier de ma tante – et je bondissais juste en reconnaissant ses déliés. Une écriture qui fait rêver, ce n’est pas que je n’ose pas c’est que changer son écriture c’est un peu aller contre soi, non ? J’ai déjà changé radicalement une fois alors.. peut-être.. qu’oser..

Je voudrais l’urgence des envies, et peut-être que je n’ose pas. Les laisser être.

Like

8 commentaires sur “8”

  1. Solution simple et efficace : écouter le Nevermind the Bollocks des Sex Pistols et obtenir ainsi l’urgence des envies.

    (Vraiment, faut tout t’expliquer, à toi.)

    1. (Oh mais tu le sais depuis le temps 😀 )
      Pas une musique qui me parle ^^’ Par contre, j’ai perdu deux groupes dont tu avais parlé (sur ton blog ? à moi ?). Grooveshark ayant disparu, il est parti avec les noms. Si tu vois de quoi je parle ?

  2. Nous avons les mêmes crayons aquarelle ! Moi j’ai une boite de 12, t’as qu’à voir !

    « Je voudrais boire un thé à la terrasse d’un café, boire un thé tous les matins. Je voudrais y retrouver une amie, autour de cette tasse de thé. Mais l’argent, le manque d’amis dans ma ville, et les matins avec mes enfants, renvoient ce rêve à une vieillesse où je serai rentière. » Moi je rêve parfois aux romans de Rabindranath Tagore, où les uns et les autres s’invitent pour le thé à toute heure de la journée, et restent jusqu’au soir… Je suis en manque d’amis, je rêve de recevoir et de m’inviter tous les jours ! Pour le thé. Un petit gâteau.

    Ta liste m’a beaucoup émue. Je voudrais en écrire une pareille, tout aussi belle. Oserais-je ? Sauf que pour moi l’argent a beaucoup moins d’importance. J’en ai tellement peu (tout ce que j’ai gagné l’année dernière a servi pour le financement de mon livre !) que je n’ai pas l’impression d’en manquer 🙂

    1. C’est une liste qui est sortie comme ça, sans que je m’aperçoive avant que cela me manquait (enfin, à part les voyages que j’ai déjà conscientisé).
      L’argent ne nous manque pas, comme tu le dis, il est juste absent 😀 Enfin si parfois ça me manque de ne pas juste être à l’aise, j’aimerais ne plus compter pour un livre ou pour voir mon amie. Je voudrais que la banque fasse une autre tête et accepte de nous prêter de quoi être propriétaire quelque part. Et par dessus tout, j’appréhende ma retraite qui sera proche de l’inexistence.
      Ce n’est pas le présent qui me pose souci, c’est l’avenir ^^’ (ce qui n’est pas une angoisse pour l’instant, mais un questionnement important).

      Je ne connais pas ces romans du tout ! Je vais chercher, ça me parle tellement !
      Tu habites dans quelle région ?

  3. Emilie te parlera sans doute plus ^^

    Je passe sur ton blog depuis quelque jours et regarde tes aquarelles, en y retrouvant mes premiers pas à la couleur. Comme toi j’ai eu (et j’ai toujours, je n’ai jamais eu besoin d’en acheter une autre) la boite de 24 faber castell (très bonne marque, ceci dit).
    Pour fondre les couleurs, pour en rajouter, tu peux déjà colorer un même endroit de plusieurs teintes, qui se fondront sous l’eau (pour que les traits ne marquent pas il faut colorer en lignes légères, parallèles, et repasser plusieurs fois pour foncer comme tu le souhaites). Tu as aussi la solution de repasser des coups de crayons sur le papier mouillé, ou alors même d’humidifier la pointe de ton crayon et d’aller ainsi sur le papier. Au pire, acheter les crayons dont les couleurs te plaisent à l’unité (j’ai acheté un doré et un argenté ainsi, parfait pour les dorures !)

    Sinon, tu peux entamer la transition vers la « vraie » aquarelle en godets, puisque tu sais maintenant que tu aimes la couleurs. Tu continues à commencer avec tes crayons et puis tu utilises les godets ensuite sur certaines zones, jusqu’à ce que les crayons ne deviennent plus qu’une aide sur les zones les plus difficiles (comme les yeux par exemple).
    Et là, là … Déjà tu n’auras plus jamais le soucis de n’avoir pas assez de couleurs, puisque tu pourras les mixer à l’infini, sur ta palette (pour moi une simple assiette en percopal) jusqu’à trouver la teinte que tu veux. Plus qu’à la dégrader à l’eau, ensuite, pour avoir une infinité de variante de cette même couleur. Et à toi les joies de l’aquarelle, cette peinture toujours un peu libre, toujours un peu folle, aux rendus infinis (et tester des choses, comme jeter du sel marin sur ta feuille pour le voir absorber l’eau et les couleurs afin d’avoir des gouttes de lumière lancées par le hasard…)
    moi j’ai celle là, depuis des années (juste du changer le godet de blanc que j’avais fini, ça s’achète à l’unité) http://www.amazon.fr/Lefranc-Bourgeois-Peintures-aquarelles-d%C3%A9tachable/dp/B008YPUXIC/ref=sr_1_4/275-6417830-2607153?ie=UTF8&qid=1440762834&sr=8-4&keywords=coffret+aquarelle
    Elle est souvent glissée dans mon sac, avec un petit carnet, pour peindre n’importe ou.

    Ou sinon, il y a la peinture au café, quasiment gratuite. Et là aussi, les rendus sont impressionnants (je l’ai à peine testé, ceci dit, pour faire des fonds avant de peindre)

    Et je ne te parle pas de la peinture à l’huile. Un an que je commence à l’adopter et j’en suis tombée amoureuse ^^’

    Bises

    1. En premier j’ai reconnu ton adresse email ^^

      J’aime beaucoup cette marque de crayons, je ne regrette pas mon choix c’est un fait. Je n’avais pas pensé par contre qu’on pouvait les acheter à l’unité (dans ma ville il n’y en avait pas), merci !
      Je mets souvent plusieurs teintes oui, ça reste un peu hasardeux pour le rendu final (ceci dit je t’avouerai que ça fait partie de mon plaisir ^^). Je vais tenter un trait plus léger pour l’uniformité ok, je dose encore mal la force du trait (mais ça va venir ^^).
      J’ai testé de redessiner par dessus le papier mouillé, mais ça donne tout de suite une teinte très forte (qui peut être très beau selon l’effet souhaité ceci dit). Je n’ai pas osé encore mouiller directement le crayon ^^ Faudra que je tente.

      C’est une bonne idée, l’aquarelle en godets.. quand je maitriserai mieux les crayons par contre (essentiellement pour aller au bout de ses possibilités). Ceci dit ça résoudrait mon problème de blanc (le crayon est pas extra pour le coup). Bon bon.. dans quelques mois quand les finances seront plus stables ^^

      Oh ! Du sel ^^ Je veux trop tenter ! Merci de l’astuce ! Le café, LeChat s’en sert et j’avoue que c’est un effet superbe.

      Je ne connais pas du tout la peinture à l’huile.. Un jour très certainement je tenterai 🙂

      Des bises, Dame

      1. Pour le blanc aussi j’ai une solution !
        Le plus simple et agréable, c’est de garder le blanc du papier, derrière. Pour cela rien ne vaut la gomme à masquer (drawing gum). C’est très pratique, tu peins avec la gomme les endroits ou tu ne veux pas voir de couleur se déposer (en mouillant le dessin, ça arrive souvent). En séchant, la gomme s’épaissit et fait protection, tu n’as plus qu’à l’enlever (au doigt, ça ressemble un peu à la colle Cléopâtre qu’on mettait sur les doigts quand on était petits) une fois le dessin fini 😀

        Sinon encore une fois tu testes le mix des méthodes et tu achètes un crayon blanc (sec ou gras, le mieux c’est encore d’avoir les deux) que tu passes sur les endroits que tu veux rendre plus lumineux après que ta peinture ait séchée (pour illuminer une chevelure, c’est top !). Il suffit de quelques touches sur les endroits que tu veux mettre en lumière et hop !
        Je pense que pour ces crayons, comme pour les crayons aquarellables à l’unité, tu peux trouver ça sur internet (le géant des beaux arts est serieux, mais ce n’est pas le seul ! Sinon regarder sur ebay ou le bon coin, on est pas à l’abri de bonne surprise)

        Vala vala

        1. Malheureusement j’ai un papier qui n’est pas blanchi, légèrement crème donc. Alors le blanc n’y est pas et le crayon aquarelle ne suffit pas, je dirais presque « mais à quoi sert-il ? ». Je retiens ton idée du crayon gras, c’est une excellente idée merci beaucoup !
          Génial pour le site, je voulais te demander où tu te fournissais et j’ai oublié ^^ J’ai regardé et j’ai trouvé un papier moins cher que le mien \o/
          Je ne connaissais pas du tout pour la gomme, j’ai noté 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *