La vie c’est de croire qu’on peut tout faire

La vie c’est de croire qu’on peut tout faire

arbre branches gouttes deau
 Je me suis vue, soudain. La jeune et l’adulte, comme deux images superposées et pas le moins du monde raccord.

C’est que j’étais absente à ma vie je n’y croyais pas. Tellement transparente que malgré un nom de famille de quinze lettres, les profs ne se souvenaient généralement pas de m’avoir eue en classe ou me pensaient absente. C’est assez hallucinant cette expérience de ne pas être là. Toujours habillée de noir, je ne parlais pas ou à peine, je faisais tout, vraiment tout pour me fondre dans le décor. Je ne faisais rien, vraiment rien, pour exister – à part respirer, mais alors doucement, sans bruit. Et aujourd’hui, je suis mon opposée.

Je suis végétarienne – la meilleure façon de se faire remarquer quelque part
Je déscolarise mes enfants – que je n’ai pas hâte d’avoir la réaction familiale ! Merci à mon entourage proche et non proche, d’accepter sans remarques ; si vous saviez ce que ça fait du bien
Je m’habille de couleurs – surtout en teintes rouges
Je me teints les cheveux – l’année dernière, ça faisait parler les instits et certaines mamans
Je n’ai pas de télévision – il y a des gens qui le vivent très mal, il y a des gens qui m’ont même insultée [coucou monsieur]. La plupart du temps ça laisse juste les yeux ronds

Et puis.
J’ose. Je me lance dans la couture, le dessin, l’écriture, je fais comme si je savais, surtout pour le dessin. Ça marche bien, j’ai fait un dessin et ça ressemblait presque. Au second j’étais lancée. Je commence à comprendre comment ça fonctionne la vie. On doit faire comme si rien ne se mettait en travers, comme si on avait fait ça tout enfant et tout adulte, comme si on avait toujours pris des cours, comme si nous étions diplômés. On joue à faire comme si dès qu’on respire. Vous pensiez quoi ? que l’enfant savait respirer à la naissance ? Non, il fait comme s’il savait. Et ça marche. C’est fou ça marche. C’est ça, la vie. Se lancer les yeux fermés parce que de toute façon ça passera jusque dans les coins.

Si je regarde en arrière, je ne sais pas qui je suis.
Si je me contente de m’observer, je crois que j’ai trouvé le secret.
La vie, c’est de croire qu’on peut tout faire.
 


 
 

Like

8 Comments:

  1. Je suis le même chemin que toi. Je m’invente un métier, je fais comme si je savais le faire… et je sais ! Comme l’enfant qui respire.
    C’est vraiment une belle idée !

      1. Grr Méchant Grr

        Merci à toi, tu es tombée à point nommé.
        (J’espère que tu ne t’es pas fait mal.)

  2. C’est tellement juste ce que tu écris là, j’en ai des frissons tant ça me parle.
    Augustine, qui lit trop souvent en silence mais qui est bien là.

    1. 🙂
      Je ne savais pas/plus si tu lisais, mais je ne suis moi-même guère bavarde et je dois donner le même effet aux gens (ou à toi). Pour te dire, j’ai aimé d’amour le précédent de tes textes – et que ne durent que les moments doux – et je ne te l’ai pas dit.

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *