Liebster Award ou un peu plus sur moi – toujours

Ambre cheveux grenat
 
Les Liebster Award – je trouve ce nom imprononçable – est revenu frapper à ma porte par Céline qui m’a demandé de répondre à quelques questions. Je ne vous présente plus le principe, et je vais tricher un peu : la chaine va se rompre entre mes doigts.
Une petite lecture en musique, peut-être ? Pour s’accompagner mutuellement.
 


Les onze questions de Céline :

 
1. Que cherches-tu à travers la blogosphère ?
. Chez les autres : La rencontre d’une écriture. Je ne vibre que par elle. Et parfois, pourquoi pas, si l’écriture me frappe assez fort, une amitié. Il est rare que j’arrive jusque là, d’abord parce que j’écris si peu de commentaires que les-dits blogs ne connaissent pas mon existence, ensuite parce que ce que je ressens ne provoque pas forcément de réciprocité – ce qui m’attriste parfois, ce lien presque créé et ce fil qui s’effiloche jusqu’à n’être plus rien.
. Sur mon blog : je me cherche, moi. J’écris pour trier les pensées qui se bousculent dans ma tête – pour m’entendre penser.

2. De quelle façon comptes-tu devenir meilleur et faire progresser l’humanité ?
. Meilleure ? Je ne sais pas.. disons que j’ai une remise en question constante, je ne suis jamais à l’arrêt. C’est même parfois épuisant. Mais je ne cherche pas à être meilleure, je cherche une certaine sagesse, une osmose entre mon être pensant, mon corps, l’espace où j’évolue et l’autre côté – parce qu’il y a toujours un autre côté.
. De quelle façon ? De mille façons et d’une seule – la mienne. Ce n’est pas spécialement retransmissible.. ça se joue sur la méditation, mes pensées, la beauté de l’autre, le don, l’amour, les yeux fermés et les sourires.
. L’humanité ? Je n’ai pas tant de prétention. Peut-être qu’enseigner à mes enfants le respect de l’autre, de la vie, de l’humanité, jouera son rôle. Ou peut-être que l’humanité devrait fermer les yeux quelques minutes, et progresser comme un enfant apprend à marcher : un pas à la fois dans un éclat de rire.

3. L’amour est-il important pour toi ? Pourquoi ?
L’amour de l’homme que j’aime, oui.
L’amour que j’ai pour lui, oui.
L’amour qui est en moi, oui.
L’amour des autres ne dépendant pas de moi directement, il n’a pas la même importance. J’ai besoin d’être aimée, je suis entourée d’amis que rien ne pourra faire partir, et c’est cela qui m’importe. Je cherche à agrandir ce cercle, il est vrai, c’est là qu’est l’importance.
Alors je crois pouvoir répondre que l’amour me cimente, qu’il tient tout ce que je suis, jusque dans ma sensibilité.

4. Quelle est ta plus belle expérience de vie ?
Comment résumer à une seule ?
Il y a la musique, celle qui s’écoute avec le regard, rubans de couleurs évaporés qui virevoltent et dans lesquels je me sens vivante.
Il y a les mots, quand ils se posent et que je les sens vibrer en moi.
Il y a ce premier trait de crayon quand j’ai osé me remettre au dessin, cette magie d’un simple, si simple trait.
Il y a ces nuages et ce bonheur partagé avec LeChat depuis bientôt dix ans.
Il y a cette rencontre extraordinaire d’un autre monde, de cet autre côté. De quoi donc pensiez-vous qu’était fait le monde d’un écrivain ? D’une autre réalité, d’une autre.
Il y a ce courrier que je viens de recevoir, où le monde miroir s’est inversé avec un incroyable brio, un – une – expérience unique et bouleversant – e. Merci Dame.

5. De quoi as-tu peur ? As-tu peur, au fait ?
Les araignées, mais je progresse.
Des conflits. Je crois je crois que je progresse. J’en suis moins sûre quand je me vois envisager d’accepter d’aller à la réunion familiale du 25 décembre organisée par ma belle-sœur, uniquement pour éviter les-dits conflits inévitables qui en découleraient. Comment vous dire que j’ai l’impression de régresser à l’intérieur, uniquement parce qu’il n’y a pas de véritable choix ? Il n’y a pas de choix : un repas ou 20/30 prochaines années de conflits..
Je n’ai pas ce courage. Je vais poser l’hypocrisie jusqu’à accepter la mascarade. Quelques heures de stress et de silences, et puis je repartirai.
J’ai peur j’imagine, de forcer mon mari à choisir entre sa femme et sa famille. Il ne devrait pas exister, ce choix. Il ne peut pas. Alors, ce 25 décembre.

6. Qu’est-ce qui pourrait te toucher profondément ?
Bien des choses.. Un livre, un colis, une lettre, un mot, une pensée, un thé, un silence, une photographie, un paysage.. J’ai cette particularité, cette sensibilité en moi qui me fait vivre la vie à travers les yeux d’un enfant. Je m’émerveille en permanence, je suis touchée profondément en toute circonstance. J’aime ressentir ainsi ce qui m’entoure. Ce qui a son tranchant, c’est que je suis blessée tout autant en profondeur facilement.

7. Connais-tu quelqu’un qui ne t’aime pas ?
. Mon ex-belle-mère me haïssait d’une profondeur sans égal. Elle m’a rendue responsable de la mort de son fils, et elle s’est acharnée à l’enterrement et par téléphone pour que je le comprenne bien.
. Un gars sur twitter qui m’a diabolisée parce que j’ai osé fav et ne pas RT ensuite, c’était inadmissible. Alors il m’a bloquée – je pense donc pouvoir dire qu’il ne m’aime pas.
. Soit je n’en trouve pas d’autres parce qu’il n’y en a pas – ou parce que je suis un poisson rouge – soit ils ne me l’ont pas dit – ils sont bien élevés – et donc je n’en sais rien.
Je crois que cela me touche peu. Sur l’instant je suis dévastée et puis.. je passe à autre chose. Je ne sais pas être rancunière, et je ne sais pas rester bloquée sur ce qui est négatif. Alors si quelqu’un ne m’aime pas, je lui souhaite essentiellement de ne pas s’y blesser.

8. Penses-tu que les tapettes à mouche font parti des choses essentielles à avoir chez soi ?
Absolument pas ! Ou alors pas chez moi. D’abord parce que je leur ouvre la fenêtre pour qu’elles repartent à l’extérieur de la maison, ensuite parce que si je suis excédée, je passe par l’aspirateur. Oui, pour les mouches aussi. Pour ma défense, je le fais depuis que notre compost a généré des moucherons par millier et que je n’ai plus su comment m’en débarrasser ^^’

9. Quand quelqu’un échange avec toi, que cherches-tu à comprendre sur cette personne ?
Tout. Ce qu’elle dit, ce qu’elle ne dit pas, ce qu’elle est, ce qu’elle n’est pas, ce qu’elle pense, d’où ça vient, quel est son passé, ce qu’il s’est joué. Si je sais d’où vient une réaction, je suis capable de comprendre. Et si je comprends, je peux tout entendre.

10. Connais-tu la paix ?

Souvent. J’ai en moi toute une palette de plénitude qui m’est accessible, je profite de la vie et de tout ce bonheur qui m’est offert.
Cela s’effondre dans des cas de conflits, comme ces temps-ci avec la belle-famille. Comme j’ai cette faculté de me sortir de toutes les situations en ayant appris, dépassé, accepté ce qu’il s’est passé, je sais que lorsque ce repas sera derrière-moi, je passerai à autre chose. Et qu’ensuite, je serai libre de refuser ces repas, il n’y a que ce premier qui compte comme gage de paix familiale.
Alors, oui, pleinement, je connais la paix. La méditation est son meilleur vecteur.

11. As-tu acheté mon livre ? Pourquoi ?

Je ne l’ai pas acheté, parce que je l’ai reçu en cadeau en ayant été tirée au sort 😉 – et je ne l’aurais pas acheté parce que nos finances sont très limitées. Je l’ai d’ailleurs pratiquement terminé, et je me suis vraiment laissée prendre dans ce récit dans les steppes, tu racontes avec chaleur – mais comment as-tu fait pour raconter les Steppes, tu y as voyagé ? – : merci, encore, infiniment, pour ce cadeau que tu m’as fait.
 

 

Les onze trucs machins à dévoiler :

 
1. Je suis folle de gingembre confit. J’en mange des quantités impressionnantes, je tente de ralentir parce que ce n’est pas raisonnable financièrement.
2. J’ai parfois l’impression de réussir tout ce que je tente. Pas d’y exceller, pas d’être un génie, juste de réussir tout ce que j’essaye (violon, piano, dessin, écriture, poterie, couture, photo..). Si j’étais allée au bout de tout ce que j’ai tenté dans ma vie – avant de me faire décourager par ma mère ou par moi-même quand j’ai pris le relai – je serais une artiste pleine et entière. J’en vivrais.
3. J’ai recommencé à écrire. Très peu. Doucement. Parce que ça continue de blesser. Ce n’est pas le passé qui me blesse, mais son écriture. Je compte pourtant le dépasser.
4. Je vis dans la musique, toute la journée. Lorsque j’étais étudiante et que j’avais encore une chaine-hifi – celle-là même volée par un ami – je programmais ce que j’écoutais et je m’endormais avec, m’apaisait dans des notes qui s’envolaient. J’en garde un souvenir extraordinaire.
5. Il y a dans ma maison depuis près de quinze ans, une boule de cristal – achetée parce qu’elle m’a appelée. Je ne sais pas m’en servir, elle pulse, seule, dans son coin.
6. J’ai deux paires de lunettes. La première me blessait et j’ai du en payer une seconde. Elle est posée à mes côtés, et parfois je tente de les remettre. Elles sont rouges et je les aime. Elles ne me servent pas.
7. Aujourd’hui je me suis maquillée, j’ai aimé le résultat. Il efface d’une certaine manière, la fatigue qui s’est installée sur mon visage ces dernières années.
8. Aujourd’hui, j’ai testé de me coiffer avec un foulard, je l’ai tressé et j’ai la sensation d’avoir soudain compris ce qu’on fait avec des cheveux. Vous savez, quand c’est joli. Et qu’on se sent belle.
9. Mardi j’ai découvert que ce qui faisait un style, c’était la superposition de vêtements. Pas forcément les vêtements eux-même.
10. Ma superposition de vêtements personnelle consiste à avoir chaud en toute circonstance, et je ne sais pas quoi faire de ça pour que ça ressemble à autre chose qu’une boule frigorifiée. Pour être bien habillée. Je ne saisi toujours pas la superposition des vêtements des Autres, ce qui fait tout un style, ce dont je suis si fan et que je ne comprends désespérément pas. Que quelqu’un me donne des cours, s’il vous plait soyez charitable !
11. Je cherche une chaine-hifi qui irait avec les baffles qu’on nous a donné – ce qui me permettrait de garder le pc éteint plus souvent – et puis une jolie – jolie vraiment ne gâterait rien – table en bois et des chaises assorties parce que nous mangeons avec les chaises ordinateur et que c’est pénible de faire déménager tout ça plusieurs fois par jour d’une pièce à l’autre. Donnons.org n’est pas très fourni, je continue de chercher et je me demande parfois si nous trouverons avant que toute ma chevelure n’est blanchie intégralement.

 
Je ne compte pas nommer des personnes, étant donné qu’avec le précédent, peu de gens avaient répondu ^^ Je ne voudrais pas vous ennuyer de nouveau avec, alors voici les questions, répondent ceux/celles qui le souhaitent (Céline, tu restes concernée bien sûr même si le Liebster Award venait de toi, si tu le souhaites !):
1. Enfant, avais-tu un ami(e) imaginaire ?
2. Quel est ton marque-page ? (Tu nous fais une photo peut-être ?)
3. Quelle émotion vis-tu le plus, jour après jour ?
4. Qu’as-tu fait d’atypique ces derniers jours, ou dans ta vie ?
5. Qu’est-ce qui n’existe pas ?
6. Que sais-tu ?
7. Quelles questions te poses-tu ?
8. A quoi ressemble ta théière, y a-t-il des fêlures ?
9. Combien de livres lis-tu en même temps ?
10. Gardes-tu les secrets ?
11. Raconte un souvenir, le plus doux ou le plus heureux. Un qui met des bulles d’arc-en-ciel dans la vie.

 
 
 

Dame Ambre

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement.

(Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

D'autres mots d'hier et d'avant avant-hier

4 Comments

  1. Merci Ambre pour avoir répondu à ces questions et pour ce que tu révèles ensuite. Je n’avais pas l’impression que tu répondais à une liste, tes réponses se filaient naturellement, les mots étaient liés les uns aux autres avec délicatesse et évidence…
    Moi aussi j’ai peur des araignées mais j’ai décidé d’éveiller ma curiosité à tous alors… l’autre jour j’en ai pris une (moyenne) dans la main. Elle était si légère que je ne sentais même pas ses pattes sur la peau de ma main ! Mais les grosses m’effraient toujours autant…
    Je suis ravie que le livre t’ait plu ! Je n’ai jamais voyagé dans la steppe de la Mongolie… J’ai tout inventé à travers le regard des autres. Par exemple, pour les oiseaux, j’ai regardé des vidéos d’échasses blanches sur Youtube pendant des heures, j’ai ri toute seule lorsque les yeux d’Oyun ont remplacé les miens. Les choses sont venues comme ça. Ou alors, j’écrivais et puis je demandais à Google de vérifier pour moi que je ne disais pas des bêtises. Ce fut un travail intéressant parce que je devais imaginer le monde tel qu’il est réellement.
    Pour la chaîne hi-fi, je pense que je pourrai te donner la mienne d’ici l’année prochaine ! Nous laissons toutes nos affaires sur le bas-côté avec l’Explorateur (le plan B !!!) et je possède une chaine hi-fi. Je t’enverrai des photos pour que tu me dises si c’est bien ça qui t’intéresse.
    Par contre, j’ai aussi de pauv’ chaises pliantes en plastique dans ma maison, qui font chaise de cuisine et chaise d’ordinateur.

    1. Merci 🙂 Ce fut un plaisir d’y répondre !

      Woké, j viens d’en frissonner d’horreur ^^’ Il y a une dizaine de jours, une araignée m’est montée sur la main. C’était une erreur de parcours, pour sa part. J’ai pris mon gant de toilette, je l’ai mis sous l’eau et je ne l’avais pas vue alors elle a voulu échapper à l’eau.. L’horreur. Là où je vais mieux, c’est que j’ai crié mais je n’ai pas hurlé – et qui m’a entendu hurler, sait la différence. Bref, je l’ai noyée, parce que quand même, fallait pas déconner.

      Je pense finir ton livre ce soir 🙂 Merci d’avoir partagé avec moi ta méthode d’écriture, que j’aime comment tu t’y est prise ^^

      Pour la chaine-hifi certes j’adorerais, mais l’envoi couterait fort cher quand même.. :/ A voir, s’il me reste suffisamment de timbres, je te les enverrai pour payer l’envoie en ce cas 🙂 (si tu penses t’en débarrasser ^^).
      Aaaaah ce plan B 🙂 J’attends, j’attends que nous en parles ^^

Comments are closed.