écriture enfant champignon travail IEF

 

L’instruction se déroule d’une manière particulièrement déroutante.
Prince se braque de plus en plus sur le programme scolaire, au rythme de mon recul : moins je lui en fais faire, plus il angoisse quand le cahier arrive. Pourtant c’est lui qui choisit s’il veut faire math ou français par exemple. Malgré ce choix il se braque au point de ne plus pouvoir répondre à 9+1. Son angoisse est telle qu’il perd pied : j’apprends à lâcher-prise, et ce n’est pas évident. J’ai encore cette angoisse en moi mais que va-t-il apprendre.

En conséquence de quoi j’ai commencé à manquer d’idées. Autant je comprends de plus en plus intimement le concept d’enseignement informel, autant je souhaite malgré tout lui enseigner un brin de quelque chose, et ne pas le laisser livrer à lui-même. C’est pour moi tout un apprentissage que de sortir des sentiers battus, et l’intéresser à la vie qui l’entoure : si je l’écoutais cet enfant, il ferait de l’ordinateur toute la journée.

C’est en dessinant le puzzle que j’ai eu l’idée pourtant évidente, de confectionner des fiches d’animaux. J’ai donc tout naturellement commencé par l’écureuil, et demain nous serons sur le hérisson. Concernant le premier, j’ai trouvé une fiche sur l’écureuil gris et l’écureuil roux. Je lui ai fait faire un dessin pour illustrer le classeur – et qu’il participe activement – nous avons cherché des photos, découvert les bébés sans poils.. C’était un chouette moment. J’ai imprimé – en noir et blanc – les fiches, pour en conserver la trace : cela lui permettra d’y revenir quand il le souhaite, plutôt que ce soit perdu sur le net.

J’ai complètement abandonné le concept des questions qui sont à la suite des fiches, le but n’est pas de le tester ni qu’il se sente opprimé. Je souhaite juste qu’il s’informe, tranquillement, dans un domaine où il se sent à l’aise et qu’il aime parcourir encore et encore.

Je vais devoir faire un travail plus important en amont puisque je souhaite travailler avec lui sur les animaux migrateurs et que c’est un gros morceaux. Nous allons travailler également les différentes parties d’une feuille d’ici quelques jours, et je pensais bientôt, faire le champignon (fiches trouvées là dedans et imprimées).
Bientôt. La blague.
Ces nouveaux cours lui plaisent tellement qu’il m’a demandé, à quelques minutes du repas, de refaire un cours. Le champignon a eu la préférence sur la feuille, et nous nous sommes joyeusement lancés à la découverte des lamelles et anneau, que nous avions de plus déjà observés il y a quelques jours dans la forêt.

Après le repas, il y a eu ce fameux passage obligé des journées, ce précieux « je m’ennuiiiiiie », hantise parentale. Je lui ai suggéré la pâte à modeler et il m’a dit non. L’air de rien, j’ai balancé un tu pourrais faire des champignons.. ils sont partis en courant vers la table !

Je me sens réconciliée soudain, avec l’enseignement ^^
 
 
 

Like

2 Comments:

  1. Je trouve que vous vous débrouillez comme des chefs !
    Avec les animaux migrateurs, vous apprendrez la géographie et pourquoi pas un peu de mathématiques ? Bisous ! Bonne continuation !

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *