Il suffit d'un mot

Je t’emmène en automne, autour du lac Pavin – 3

Pour redescendre du volcan, c’est à sens unique – obligeant à passer devant le commerce du volcan, tiens donc – nous passons donc impérativement devant le lac. La tache verte a fait sursauter les enfants et ils ont demandé à le voir. Nous pensions nous arrêter trois minutes, nous sommes restés deux heures – la magie des lieux.

C’était beau et doux autour de moi, mais à l’intérieur j’étais pleine d’épines. Je sentais dans mon corps les muscles qui ronchonnaient, la fatigue qui m’engloutissait déjà, le cerveau qui avait du mal à rester disponible de temps à autre, l’appareil photo qui pesait, le soleil qui cramait beaucoup de mes photos malgré tous mes efforts. Je continuais, bien que moins fortement que lors du départ, à me sentir mal. Extérieurement, je répondais essentiellement de manière rapidement agacée aux enfants. Mais en moi, c’était le chaos qui se disputait avec la beauté des lieux. Je ne perdais pas, mais je ne gagnais pas grand chose non plus.

Et puis il y a eu cet arbre.

lac Pavin arbre

Je suis sortie de la voiture, j’ai levé les yeux et je suis tombée amoureuse. J’ai grimpé entre les racines et je suis allée voir cet arbre magnifique de plus proche. Le soleil le magnifiait, peut-être que sans lui je n’aurais pas vu sa majesté – une intense lumière est parfois nécessaire pour voir ce qu’on a sous les yeux. Mais il était là et il l’auréolait.
J’étais arrivée en Automne.
Définitivement.

Le voici au plus proche, avec tout mon émerveillement – je rappelle que les photos sont sans retouches sinon ma signature ; pour ne pas noyer des photos qui mériteraient d’être bien vues l’une après l’autre, je me restreint, vous en verrez d’autres plus tard, dans les prochains posts qui n’auront rien à voir avec cette sortie. En attendant, prenez le temps 🙂

lac Pavin arbre jaune

lac pavin arbre jaune orange

lac automne arbre jaune orange

Lac arbre automne jaune orange

lac arbre automne

Le coup de foudre fut tel que j’ai peiné à le quitter pour photographier les autres arbres bordant le lac Pavin. Si j’aime chaque saison, j’ai malgré tout une énorme attirance pour les couleurs de l’automne, particulièrement quand le soleil réchauffe légèrement. Un petit chemin serpente le long, emprunté par un grand nombre de randonneurs et nous avons avancé à l’allure enfantine pour LeChat, à l’allure de photographe pour ma part : pas loin. J’ai découvert, surprise et joyeuse, une amanite tue-mouche, bizarrement implantée dans la terre. Très enthousiaste, je la signale à un jeune couple qui me dit bonjour. Réponse laconique de la dame « non mais je connais déjà ». Euh.. merci ? Je vous trouve bien blasés les gens, sur les cadeaux que nous offre la nature. Bien blasés de manière générale, et mon dernier post en est un écho. Je ne sais pas comment vous survivez.

amanite tue mouche bancale

amanite tue mouche bancale dessous

lac arbre racines

lac feuillage

lac feuillage orange

lac Pavin arbres reflet

Je n’étais plus grognon, j’étais enchantée. Avec de la tristesse en fond, quelque chose qui n’était pas complètement à sa place. Je restais un pas à côté de moi, dans toute cette beauté c’était affligeant mais je ne peux pas vraiment dire que j’en avais conscience : je me sentais mieux, ce n’était juste pas parfait. Les enfants grimpaient sur des arbres morts, abattus et LeChat s’est glissé contre moi. Et c’était lui, ce manque. Oh bien sûr, je maudis toujours ma sensibilité si extrême parce que ce n’est pas juste vraiment, de sentir le moindre mouvement d’humeur des autres et de le prendre en ombre sur moi. Mais là, en cet instant précis, je l’ai aimée ma sensibilité extrême qui me disait qu’il se sentait mieux, que nous allions mieux, que nous étions un.
Je l’aime.
L’automne a pu reprendre ses vraies couleurs, je les voyais toutes, toutes.

arbres epineux feuillu automne

arbre automne

Les bords du lac Pavin ont une eau transparente – qui s’assombrit très rapidement du fait de sa profondeur : 92m – les enfants étaient heureux de voir, pour la première fois, les pattes d’un canard nageant dans l’eau. Quelques poissons sont venus nous rendre une petite visite de courtoisie et les eaux splendides m’ont offert d’autres moments d’extase visuelle pure.

canard lac Pavin

poisson lac Pavin

poissons lac Pavin

lac Pavin transparence

branches automne

branches automne orange

Nous avons eu beaucoup de difficulté à repartir de cet endroit paradisiaque, je serais volontiers restée là, indéfiniment. Je me sentais comme une invitée privilégiée. Je ne voulais pas rendre l’automne, rendre les clés de cette lumière si particulière, cet or qui tourbillonne.
Nous avons malgré tout repris la route. Il était quinze heures, le soleil commençait déjà à disparaitre derrière les hautes montagnes, et Hibou n’en pouvait plus d’épuisement. LeChat tenait absolument à retourner à la cascade du Queureuil, et je ne voyais pas ça possible en comptant avec la fatigue de tout le monde. IL était malgré tout bien trop tôt pour nous rendre à l’hôtel, et j’ai cédé, inquiète pour les nerfs des enfants… Finalement Hibou a résolu le souci en s’endormant dans la voiture.
[à suivre]

Like

12 Comments:

  1. Coucou !
    Merci pour cette belle balade sous la frondaison colorée de cet arbre magnifique… le tout sous un soleil tout doux.
    Bises ensoleillées de mon petit village :),

    Sandra

  2. Silène

    Depuis hier – hier, vraiment, pas plus – je sais que cet arbre que tu as pris en photo est un hêtre. Et j’en suis tombée amoureuse aussi, amoureuse surtout des teintes rouges qu’il prend juste avant de passer en hiver (donc un peu plus tard que tes photos). C’est mon bucheron qui me l’a appris, alors que je cheminais avec lui.
    J’ai fais mes grands yeux, je lui ai demandé s’il ne pourrait pas m’en ramener un, à la prochaine livraison de bois. Et il m’a répond que bien entendu, qu’il m’en ramènerait même deux pour que je choisisse le plus beau. Je lui ai répondu que s’il m’en ramenait deux, j’en planterait deux (ça doit te parler, je ne supporte pas la mort des arbres. On a déplanté des petits sapins qui poussaient au milieu de notre terrain pour les replanter ailleurs). Donc, dans quelques années (et même l’année prochaine en petit), je serai amoureuse un peu plus encore des arbres de mon jardin.

    douces bises à toi

    Ah, rien à voir, mais j’adore des eaux du lacs, avec les deux poissons. Elle a un côté un peu irréel, parfait.

    1. Sorcières nous sommes, à jamais 😉
      Nous retournerons dès que possible dans ce coin, pour en admirer ce énième changement de couleur, tu penses ! Comme toi, je plante, replante. Des arbres et même des fleurs que nous avons du retirer de devant chez nous parce qu’elles gênaient les voisins, nous les avons replanté dans notre petit jardin ; nous ne pouvions faire autrement.

      Je vois le côté irréel de la photo en effet, il m’a frappée aussi..

      Bisous doux

  3. « … quand l’automne a sonné dans sa trompette d’or. » écrivait Marcel Pagnol.
    On pourrait dire « …dans sa trompette d’ambre ».

    C’est vraiment beau, merci.

  4. Merci pour ce partage. Ces photos sont magnifiques, notamment celle du poisson sous l’eau. La nature est tellement merveilleuse, la face visible du divin…

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :