Il suffit d'un mot

DIY – Atteindre la sérénité

my lovely things au mur

 

J’ai épinglé ce dessin sur mon mur il y a une dizaine de jours, et je le trouvais bien nu sans mettre le doigt sur ce qui manquait. J’avais bien pensé à le mettre sous verre, mais je n’ai rien chez moi et pas d’argent à dépenser plus que ça. C’est une des raisons d’ailleurs qui fait que j’ai un intérieur qui ne me ressemble pas : je n’achète pas de meubles qui me plaisent (le bois c’est très cher), je n’ai pas une seule chaise semblable, notre vaisselle est dépareillée et ébréchée, et l’ambiance est à la pagaille faute de place. Pourtant nous avons bien moins d’affaires qu’il fut un temps, simplement nous avons également peu de meubles, pas de cave, pas de grenier. Sous mon bureau de couture, j’ai entassé un grand nombre de cartons impeccables ou d’enveloppes cartonnées. Ils me permettent les envois de colis et de courriers ; ce sont également les précieux emballages de mes deux machines à coudre, du piano, des ordinateurs. Je ne peux m’en séparer d’autant que nous pensons partir – un jour que notre projet prendra une forme ou une autre – mais parallèlement ils prennent cette place détestable dans mon regard : le salon, les chambres, chaque pièce s’appelle pagaille visuelle. C’est difficile. Sans être maniaque – désormais – j’ai malgré tout besoin de poser mon regard sur un environnement serein, de m’apaiser au contact de ce qui l’est déjà. Je n’ai pas réussi pour l’instant, à avoir cela chez nous.

Pour autant je continue de chercher.

Je le trouve un peu dans Flow mais pas exactement non plus essentiellement parce que je trouve leurs photos sublimes de sérénité mais ce n’est pas ce qu je voudrais créer pour mon intérieur. C’est une ligne directrice particulière qui flirte avec la mode actuelle, j’y ressens fortement l’influence des filtres d’Instagram ou la qualité parfaite de Pinterest – où même la pagaille est juste d’une précision magique – par rapport aux choix des artistes sélectionnés. Je les aime, je suis touchée, c’est beau, c’est sublime, c’est doux, ce n’est pas pour moi. Je prends pourtant un énorme plaisir à le lire, le regarder, le feuilleter : les mots et les photos sont ce dont j’ai besoin de lire et de voir. Cela m’aide rarement dans ma recherche esthétique personnelle, et ce n’est pas un souci, je ne venais pas le chercher. Et puis dernièrement, Blanche m’a envoyé les deux derniers Flow qu’elle avait acheté, pour que je puisse en profiter également, et j’ai trouvé ce dessin, prêt à être découpé, de l’artiste My Lovely Thing. Ce fut d’autant un coup de cœur que quelques mois auparavant, Blanche m’avait envoyé deux dessins qu’elle avait fait en s’inspirant de la dame.

dessin Blanche etoile

Dessin Blanche cheveux rouges

Blanche est de ces personnes qui crée leur vie parce que ça les amuse. Je dis « ces personnes », mais je peux bien vous confier n’avoir rencontré personne d’autre comme elle, qui tente parce que c’est tellement amusant d’essayer. Elle a une confiance absolue en ce qu’elle est – le fait qu’elle ai ses propres doutes à vivre n’enlève rien à ce que je viens de dire. Elle voit, ça lui plait, elle fait. Elle ne tente pas, j’insiste, elle fait. Ce n’est pas le résultat qui lui importe – enfin un peu tout de même mais c’est un détail sur le côté – c’est de s’amuser. Alors elle a fait plein de dessins et elle les a distribué, parce que s’amuser c’est bien mais le partager est encore mieux. Ces dessins, les siens, je vais les intégrer au mur que je décore sous cette impulsionici il était question de recycler un rouleau de papier toilette mais j’ai préféré le faire au canson – je vais agrandir l’arbre que je suis en train de créer et les ajouter. Je me suis arrêtée pour récupérer mes doigts, mais je continuerai un peu aujourd’hui et beaucoup demain. Je décore ce pan de mur d’une amitié profonde et inaltérable, je ne sais plus voir un dessin de cette artiste sans y découvrir Blanche et c’est ainsi que je me sais touchée par le bonheur d’avoir des ami(e)s.

my lovely things cadre noir

my lovely things au mur branches

LeChat aime énormément. Il m’a dit Tu trouves toujours ce qui est beau et tu sais le reproduire. Et ça m’a touchée, moi qui pensais en créant tout à l’heure, qu’avec un intérieur pareil et une déco aussi absente, il était heureux que je n’ai jamais songé à être décoratrice d’intérieure. Il a raison pourtant, je sais créer ces instants là.

Je tiens à signaler que juste en dessous du piano se tient un conciliabule intense entre des sacs plastiques remplis de vêtements à donner et un autre de livres à vendre et que le tout est certainement agrémenté de quelques toiles de huit pattes dans un recoin. Ça n’aurait pas été une belle photo alors j’ai évincé le tout, mais je tenais à le signaler, ceci afin que ce fameux « la perfection chez les autres, leur vie parfaitement parfaite » ne s’applique surtout pas ici. Cela serait déprimant.

Et puisqu’il est question de ne pas déprimer, j’arrête le nanowrimo. Quelques heures de DIY et me voici incroyablement moi, sans démangeaisons de la journée. Mais j’y reviendrai, bientôt.

De la douceur chez vous, surtout 🙂

my lovely things piano sérénité

 
 
 

Like

3 Comments:

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :