boule de noël décorations de Noël

boules de noël décorations de Noël

sapin des enfants décorations de Noël

reflet boule de noël décorations de Noël

sapin noël cadeau lumière décorations de Noël

sapin noël lumière cadeau décorations de Noël

Les décorations de Noël ont bien avancées, l’effet a ce résultat propre aux mains enfantines. Je me réjouis comme je peux de l’air penché du sapin de branches et même je m’y raccroche fermement. Je me suis également accrochée à la création comme à une bouée. Je crée des mots, je crée des dessins, je crée des tissus, je crée des boites, je crée des larmes et j’imbrique l’eau salée à tout ce que je touche, parfois cela fait juste du bien parfois c’est juste douloureux. Je remonte doucement le fil des lumières brillantes, je réapprends à ne plus pleurer dès que les yeux s’ouvrent je diffère de quelques instants et puis j’apprends à moins différer parce qu’il y a moins à l’intérieur qui cherche à pleurer. Je remonte, un peu.

Alors je pleure juste un peu.

J’ai besoin d’écrire. D’avoir l’envie.
Autre chose. Autrement ?

J’ai besoin de vivre.
Autre chose. Autrement.

Je voudrais des thés, beaucoup, des noirs, dès à la noisette, châtaigne, orange mais surtout sans vanille et sans pomme , je voudrais une étagère pleine de saveurs douces et de jolies boites colorées qui accompagneraient leurs odeurs savoureuses, et du gingembre dans des tas de bocaux, je voudrais une vaisselle qui ne se casse pas ou alors une autre pour remplacer les trois grandes assiettes qui restent. Je voudrais une table et des chaises, des en bois, des belles et douces au regard. Je voudrais une maison qui ne soit plus bancale avec de la récup épuisée, des chaises qui arrêtent de se casser, un bureau qui se range au lieu de s’entasser ainsi sous des strates d’objets non à moi, je voudrais des enfants sans hurlements, je voudrais m’acheter plein de choses, je voudrais plein d’argent, je voudrais un noël juste à nous, je voudrais de très beaux carnets, je voudrais du silence, je voudrais mettre la tête sous l’eau, ne rien entendre, ne rien répondre, ne rien être, je voudrais m’arrêter de pleurer. Juste un peu.




LeChat répétait avec Hibou le mot plafond pour que chaque lettre soit bien prononcée,
et soudain l’illumination de Hibou qui depuis prononce le mot comme il faut :
— Mais Papa, plafond et front c’est la même couleur !
Évidence.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *