La beauté miraculeuse du mot oxygène

herbe sèche dans le soleil hazy


J’avais dix minutes d’avance elle en avait quinze de retard. Ça ne m’aurait pas gênée s’il n’y avait eu cette chose dans mes oreilles qui me vrillait. J’aime la musique lorsqu’elle me parle, lorsque que je la choisis et sans publicités, je l’aime quand le son est juste. Là il était très légèrement décalé, ce n’était pas gros mais c’était là, ce n’était pas monstrueux pourtant ça tirait les sons loin de moi. J’ai donc écouté vingt-cinq minutes d’une radio très légèrement grésillante sur fond de cerveau déjà liquéfié parce que je suis en crise. Quand elle a ouvert la porte sur son sourire, j’avais besoin de fuir. J’ai tout de même bien fait de rester – même si à sa tête quand elle a demandé comment j’allais, j’ai bien compris que je n’avais pas besoin de répondre et que je serais décidément mieux chez moi sous oxygène. Elle m’a changé l’antibiotique qui me rendait malade à en crever en dévorant mon estomac, elle a cherché dans son dossier informatique ce qu’elle m’avait donné avant et que j’aurais pu supporter et nous nous sommes aperçues qu’elle ne l’avait jamais fait en presque quatre ans. C’est que même malade, je gère sans médecin habituellement. On en tente un avec un joli nom, je reviens la voir si ça ne va pas – et bien sûr l’ordonnance est restée dans son imprimante, je m’en suis aperçue à la pharmacie.

Nous avons discuté oxygène, centre anti-douleur, enfance à l’hôpital et ne pas être traitée en malade. Ma Doc est en congé maternité, elle c’est mon autre médecin parce qu’elles sont dans le même cabinet. Nous avions eu un contact un peu difficile, ma sensibilité et elle. Je continue de préférer sa collègue, mais je l’aime bien. Elle a appelé le pneumologue, m’a obtenu un rendez-vous pour la semaine prochaine – au lieu de sept mois m’a dit le pharmacien – et je découvre avec beaucoup de bonheur que le pneumologue connait ma maladie. Il s’occupe d’envoyer les papiers de renouvellement avant mon rendez-vous, pour que le remboursement se fasse. Je me sens soulagée.
L’oxygène est maintenu.
Je suppose qu’à un moment, ma confiance dans le personnel médical qui m’entoure va remonter sans que je ressente systématiquement cette méfiance inquiète à leur égard. Cela n’effacera jamais toute la maltraitance, mais comme seul le présent compte nous devrions pouvoir faire un bout de route. Ensemble.

Avant de partir LeChat m’a obligée à prendre de l’argent en me disant si tu as envie de quelque chose. Je sais qu’il a raison, que se faire plaisir de temps en temps est la clé pour se sentir bien avec un budget si serré, mais je n’ai pas pu. Décembre m’a fait très peur et puis on va devoir déjà acheter trop de choses, je n’étais pas prête mais les enfants ont grandit cette nuit – juste cette nuit, ce matin au lever les vêtements étaient tous trop petits, je ne sais pas ce qu’il s’est passé parce que moi non. Je suis petite nuit après nuit, peut-être même encore plus petite. Et puis donc, je n’ai besoin de rien en ce moment. Je ne cherche que l’écriture, la manuscrite. Je ne sais pas pourquoi, je suis bloquée sur l’écran et tout file à vive allure sur mon carnet noir – mais dans le désordre. Je ne cherche plus à savoir, j’écris. J’abandonne la main à la pensée.

Ah. Si. Cette partition de cette musique .
Si quelqu’un l’a et veut bien me l’envoyer ?
 
 

Dame Ambre

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement.

(Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

D'autres mots d'hier et d'avant avant-hier

6 Comments

    1. comment j’ai fait ? mais avec plaisir bien sur 🙂 !

      (en vrai je l’ai acheté pour moins cher que le prix d’un paquet de clop. Ensuite j’avoue m’être décarcassé un peu parce que pour limiter les reproductions illégales ils avaient imprimé mes noms prénoms et n° de commande sur la partition lol. m’a fallu trouver comment enlever ça
      bon: si tu l’as bien récupéré je l’efface du serveur. Yann Tiersen mérite bien ses droits d’auteurs )

      1. Je vais bien réfléchir avant de demander quelque chose sur mon blog moi ^^ »
        C’est très très gentil, je ne sais pas comment te remercier moi !
        Je suis bien d’accord pour les droits d’auteur (tout le monde les mérite d’ailleurs) 🙂

  1. Oh… sous oxygène ? Comment vas-tu ? Je ne pensais qu’à ta main, je ne pensais pas que ça empêchait l’air de te nourrir. Oh non, je n’aime pas ça du tout. Je suis rassurée de voir qu’il y a des gens compétents autour de toi. De la maltraitance ? Je pourrais dire que c’est injuste et que ça me met en colère. J’ai juste envie de dire courage, accroche-toi. <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *