Il suffit d'un mot

Quand je suis petite

chemin de neige


Quand je serai grande je serai une autre. Je serai du côté de la terre qui a la lumière, je serai avec le soleil qui se lève et dans la course de celui qui se couche sans être à l’envers à contre-temps dans un autre pays de l’autre coté, je ne sais pas je ne vois pas, la lumière c’est trop elle s’échappe. J’aurai des rendez-vous, des qui sont normaux et qui ne sont pas des urgences qui deviennent encore plus urgentes, je prendrai des médicaments qui soigneraient au lieu de résister et d’accélérer l’urgence de l’urgence. Je travaillerai à exister et l’argent haussera les épaules, j’aurai cette édition-là elle sera hors sol hors écriture hors soi. J’écrirai, un livre après un livre j’écrirai je forcerai je poserai je dirai, ce tout et ce rien des journées de chacun, ça ne m’échappera pas ce que vous êtes la beauté et la laideur, l’être humain et ses histoires ses désarrois, l’être dans ses mouvements. J’écrirai et la manuscrite, je me demande la manuscrite on en fait un livre ? Je me remettrai en place, je danserai les désaccords pour me remettre sur mes pas et j’approcherai le monde je lui dirai ça va. Je dormirai les nuits tracées, j’y serai à en disparaître les heures pour qu’elles ne soient plus les ombres de mon sommeil. J’ouvrirai la porte sur le sourire de mes voisins et je serai présentable, pas en tenue décontracte de la nuit qui dit que les pieds sont là devant eux mais que moi je suis loin loin loin loin et je répondrai oui bien sûr tout de suite au lieu de réfléchir longtemps de si j’ai oui ou non un briquet perdu quelque part dans la maison. C’est une réponse détachée en pointillés, il y a toute la fatigue du jour il y a toute la fatigue des trente-huit années, la question est compliquée on ne fume pas et ce n’est pas celle posée, il a l’air tendu le jeune homme il veut mettre le feu à l’immeuble peut-être, est-ce qu’on sait jamais à quoi servent les briquets oh c’est vrai les bougies s’allument à leur flamme attendez je dois avoir, ça sert à trop de choses pour que la première réponse soit la bonne, c’est tout. Il a le regard gentil de qui s’excuse d’avoir dérangé vous allez bien écho du pneumologue le matin même vous avez besoin d’aide et mon rire mon rire je vais bien vous savez je veux juste grandir, juste prendre le train pour un autre pays de l’autre côté de la terre pour être en osmose avec mon décalage, juste faire grandir un autre corps. Je vais bien c’est juste la folie dans celui-là. La folie.

Like

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :