Il suffit d'un mot

Écriture automatique – Jamais rien de ce vide là

Il faudra excuser la forme sinon le fond puisque rien ne se contrôle. Jamais.
 

 
deux clous arbre

 
Elle ne dit plus. Les journées sont blanches et elle ne le dit plus. A la place elle dit la souplesse pour se tenir entre deux vies, entre deux pages d’un livre, elle dit le rire qu’elle n’a pas depuis qu’il est resté collé sur un pavé, elle dit qu’elle vole et que ça va. Elle ne dit plus. Le reste. Est-ce se tenir à l’écart que de ne plus oser ? Elle s’accroche aux histoires de peur de tomber mais ce n’est pas cela, ce n’est pas la vie, il y a les lettres avant les mots, il y a les mots avant les phrases et rien de tout ça ne devrait se figer. Elle se tient droite, s’accroche. Le vent bouscule et elle tient, désespérée. Il y aura bien quelqu’un pour la toucher, pour l’aimer, il y aura bien quelqu’un pour l’agripper, elle ne tiendra pas avec ses mains accrochées sur les histoires. Elle a besoin de rattraper tout ce qu’elle a perdu sur sa route, tous les morceaux de papier, tout ce qui n’est pas à elle, toute l’illusion.
Il fallait bien voir pense-t-elle, regarder, lire. Ce que cela raconte, ce que cela pleure. Elle aime voir les vides dans les histoires, ces récits fascinants improbables qui explorent les ennuis des autres qui n’arriveraient jamais, à vous. Elle ne fait plus que cela, voir regarder et lire, elle ne fait plus que cela et cela ne donne plus rien, la tristesse n’est plus chassée : lire n’a pas n’a plus jamais ce pouvoir, lire les drames des autres ne comblent plus les siens, les pétrins sont les mêmes n’est-ce pas, pour toi pour moi pour elle. C’est tout le vide de ces sensations qui s’écrasent, là.
Toucher à tout et ne jamais rien finir.

 
 

2 Comments:

  1. Cela ne viendrait-il pas des livres qu’elle lit plutôt que de sa propre personne ? Au lieu de lire des drames, choisir un autre genre (les drames, pour changer les idées, c’est pas ce qu’il se fait de mieux, non ?)

    1. Je ne saurais te répondre (c’est terrible !), les mots sont venus seuls et ne parlent pas d’une personne existante ^^ Mais dans l’absolu, je dirais que oui (il faudrait pour en savoir plus, que j’en écrive davantage).

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *