Pensine

Les 11 questions – le rendez-vous mensuel

coucher de soleil nuages

J’ai beaucoup apprécié la réflexion que cela m’a demandé. Je crois que c’est la première fois que j’ai un quizz plus littéraire.
J’y ai mis un peu le temps, ces temps-ci c’est compliqué pour moi d’avoir un accès au pc sans parler d’arriver à rester assise. Mais voici les réponses aux 11 questions posées par William :

1. S’il y avait une maison d’édition à choisir, ce serait laquelle et pourquoi ?
о҉ Pour le cœur : Les éditions Pour Penser, et le nom à lui tout seul, explique pourquoi. Certes, c’est du jeunesse, mais tu n’as pas précisé qu’il fallait que ce soit cohérent, si ?
о҉ Pour l’amour du livre : L’Atalante, parce que j’adore leurs livres – même si la qualité des ouvrages eux-mêmes, sur le long terme, laisse à désirer, vu que les pages ont tendance à reprendre une liberté mal venue.
о҉ Pour le prestige : Grasset ou sans doute davantage Gallimard. Ne pas me demander d’expliquer, j’aurais juste l’impression d’être dans la cour des grands.
о҉ En réalité : si une maison d’édition vient à moi je ne pourrai la bouder – il y a un côté consécration dont je ne me défais pas – mais je suis plus dans l’esprit du partage et du don (ou encore la GiftEconomy). Amanda Palmer en parle magnifiquement.

2. Place une feuille blanche devant tes yeux, qu’est-ce que tu vois ?
Un paysage se forme. En avant plan et sur les côtés, des arbres poussent à grande vitesse, teintes vert pâle et orangé. Une montagne dans le fond central attire le regard, un chapeau de neige éternel occupe les hauteurs. Je vois le Japon ancien.

Non, je ne sais pas pourquoi je vois ça.

3. Lequel de tes défauts pourrait devenir une qualité, comment ?
Je suis fortement dans l’émotionnel. J’ai toujours entendu « tu es trop émotive ». Alors je suis trop, dans le trop, à vivre ce trop. Il semble que les personnes aient du mal avec mon émotivité, ce qui me gêne quand ils m’en font la remarque – au lieu de m’accompagner dans mon émotion, de m’accueillir. Mais ceci mis à part, je pense que c’est un don ; cela me permet de vivre intensément, et de pouvoir écrire cette même intensité.

4 S’il y avait un roman auquel tu devais changer la fin, ce serait lequel ?
Les livres d’Amélie Nothomb. Ce n’est pas l’histoire en soi qui me dérange – l’auteur est tout de même libre de faire la fin qu’il souhaite !, mais l’écriture elle-même : elle ne sait pas terminer un livre. Systématiquement, lorsque je suis arrivée à la dernière page j’ai tourné en m’attendant à une suite, à quelque chose de plus, une fin plus marquée. J’ai arrêté de la lire, l’inachevé du ton employé m’agaçant.
Le bon côté de la chose, c’est qu’elle m’a fait prendre conscience de la nécessité de savoir terminer une histoire.

5. La dernière musique que tu aies écoutée en écrivant ?

Mais ça m’a passé. Maintenant je cherche de la musique qui me fasse vibrer. Et je ne trouve rien, c’est le désespoir.

6. Demain, on t’apprend que tu ne peux plus écrire. Quel est le premier mot qui sort de ta bouche ?
Le premier mot serait « noooooon » ou peut-être un mot plus corsé abusant sur des sonorités que je tente, terriblement mal, de ne pas prononcer devant mes enfants. La première pensée serait le suicide. Je tourne en rond dans ma tête lorsque je suis dans l’incapacité d’écrire, la souffrance est insupportable. Je ne sais pas comment j’ai fait pour en arriver là dans la vie, mais ma résilience passe par l’écriture.

7. Choisis deux couleurs. Mélange-les. Tu en penses quoi ?
La per-fec-tion. Maintenant il faudrait la peindre et je vais misérer : je ne te remercie pas.

8. Imagine que l’homme n’ait pas inventé le feu. Où en serions-nous ?
Ailleurs, indubitablement, parce qu’il aurait inventé autre chose : l’homme n’était pas fait pour avoir froid. D’ailleurs rien ne garantit qu’il n’a pas déjà inventé cette autre chose également. Maintenant, pour en avoir le cœur net, je propose d’aller vérifier dans un espace-temps différent où le feu n’existe que lorsque la foudre tombe du ciel : l’homme y aura forcément inventé la récupération des éclairs (qui sera vendue à prix d’or sur les marchés noirs, paradoxe d’une affaire lumineuse)

9. Quelle est la dernière série que tu aies regardée ? Tu en as pensé quoi ?
Dôme. Nous avons arrêté par manque d’enthousiasme mais voulant connaitre la fin j’ai commencé à lire le livre (de Stephen King) et j’en suis arrivée à la même conclusion qu’il y a dix ans : je décroche rapidement à sa lecture. Je crois essentiellement, outre le fait que je ne sois pas emballée par la vulgarité qui revient facilement dans ses lignes, que j’ai changé mes lectures. Ce n’est pas la SF qui est en cause, mais la qualité d’écriture. Il écrit très bien, je suis juste passée à autre chose.
Les séries, c’est un peu la même chose… nous avons du mal à trouver quelque chose qui nous plaise. Une fois retiré la violence, l’eau de rose, les polars, et bien… plus grand chose.

10. Tu te réveilles enfermée dans une tombe, six pieds sous terre. Quelle est ta première réflexion ?
Je n’ai plus la moindre réflexion, je panique.
Je préfère ne pas épiloguer davantage ^^

11. Quelle est ta plus grande peur ?
Être enfermée avec des araignées sans pouvoir l’écrire ?
Je ne sais pas. C’est compliqué, comme question.
*des jours de réflexion plus tard*
L’abandon. Je crois que si je remonte suffisamment loin les pelotes de mes peurs, c’est celle-ci qui gagnerait. Il ne s’agit pas d’une angoisse qui dicte ma vie. Juste que c’est celle qui me parait la plus susceptible de me poser problème, malgré l’énorme travail que j’ai fait sur moi.

Bien bien. Quelqu’un d’autre pour me poser des questions ? Je crois que j’y prends goût ^^

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement. (Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *