Enfants - école à la maison

Notre premier contrôle pégagogique d’IEF

Hibou visage cache branche sapin

 

Nous nous étions un peu préparé au pire. Depuis que nous connaissions la date de notre contrôle pédagogique, je n’allais plus du tout sur les groupes FB (raison d’être de la survivance de mon compte) et ce de manière inconsciente. Je crois que c’était une sage décision, je ne me suis pas fait peur sur des inspections difficiles. Ils avaient du retard mais nous avaient prévenu, et ils sont arrivés avec un grand sourire et beaucoup de zénitude. A peine présentés, ils nous mettaient à l’aise : ils venaient non pour vérifier un niveau scolaire, mais pour établir notre choix pédagogique et la base sur laquelle établir les prochains contrôles.

Nous aurions pu suivre les conseils trouvés sur internet, depuis les parents étant déjà passés par là jusqu’aux associations qui viennent en aide. Nous avons choisi de ne rien faire de tout ce qui était préconisé : imprimer les textes de lois, refuser les tests, monter de gros dossiers sur le travail effectué, envoyer une lettre réponse pour expliquer la pédagogie choisie avant la rencontre (certains envoient jusqu’à une soixantaine de pages).
Nous n’avons rien préparé, en conscience.

Je ne me suis inquiétée que lundi matin : à quelques heures du rendez-vous, étions-nous prêt ? Est-ce que le peu que nous avions à montrer suffirait (beaucoup de notre travail n’est jamais passé par l’écrit) ?

Nous savions que nous pouvions refuser les tests, mais à bien y réfléchir nous ne voyions pas l’intérêt de prendre de front des personnes à qui la loi refuse les tests mais ne donne pas d’outil ou de formation pour ouvrir la pensée et faire autrement. Il y a là tout un système à repenser.
Nous avons tenté de prendre l’ensemble avec tranquillité. Nous avions discuté avec mon mari et étions d’accord pour les accepter si Prince l’était également, ce qui était le cas. Le contact entre lui et la conseillère pédagogique (CP) s’est tellement bien passé qu’il discutait avec elle avant même le test. Il lui a montré énormément de choses fabriquées par lui ou avec nous, des livres de la médiathèque, il lui a fait découvrir ce sur quoi il travaillait, sa passion des animaux, etc. La CP et mon fils ont largement dépassé le cadre du test : ils se sont régalés tous les deux. Elle écoutait, regardait très respectueusement ce qu’il lui disait ou lui montrait. Notre fils a pris ça comme un jeu, et puis il adore parler avec les adultes, c’était un bonheur pour lui du coup de communiquer sur ce qu’il fait. Il s’est trouvé qu’il connaissait l’histoire sur laquelle portait le test, il était donc particulièrement à l’aise.
Ils étaient dans le salon et nous dans la cuisine, et nous les entendions parfois, éclater de rire.

De notre côté, l’inspecteur a été également très respectueux, agréable, ouvert. Nous avons parlé de la phobie scolaire et de ce qu’il s’était passé, du parcours, de la difficulté à reprendre, des solutions mises en place puis changées, et enfin adaptées. Nous avons parlé Montessori et il a lui-même suivi une formation, il nous a parlé de cours par correspondance et nous avons expliqué que nous étions contre les notes : il l’était également – c’était une drôle de surprise. C’était un échange très intéressant, ouvert, agréable.

La seule fausse note fut le débriefing de la CP, qui a débuté par « Prince a une lacune avec les chiffres, il n’arrive pas à compter plus loin que 100 », ce qui a fait blêmir Prince – qui reprend pied depuis peu avec les chiffres, ce n’est pas le moment de le démonter. L’inspecteur l’a reprise tout de suite et elle a enchainé sur tout ce qu’il savait faire, axant sur sa belle écriture et sa lecture qui l’avait impressionnée parce qu’il lit très fluide et met même avec les intonations. Je crois que la CP a soudain perdu de vue qu’elle était là pour établir une base, pas faire un lien avec le niveau de CE1. Ce petit passage mis à part, cette inspection fut très positive pour tous.

Au moment de dire au revoir, Hibou s’est précipité pour embrasser la CP, Prince a voulu le faire également et l’inspecteur s’est baissé jusqu’à eux pour les embrasser à son tour… c’était une scène impressionnante. Notre porte s’est refermée sur les sourires de part et d’autres, je crois que chacun, nous emportions de la légèreté en nous après cette rencontre.
 
 

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement. (Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *