et ce souvenir, fou .. 1993..
un bonheur à réécouter !

 
 

dans le pre
 


 

Point santé :

J’ai laissé trainer quelques semaines la petite masse sous la peau, colorée, gonflée, inesthétique. En réalité, j’ai appris par Blanche que je l’avais depuis au moins trois ou quatre mois, et que je ne l’avais pas vu. Je ne me maquille pas, je ne fais que passer en coup de vent devant le miroir, je me coiffe à peine – et maintenant je sais, j’ai réalisé, que c’était parce que tenir les bras en l’air c’était trop difficile ; j’évitais le geste sans le conscientiser – et le matin je me passe de l’eau très froide sur le visage pour me réveiller et tonifier ma peau. Alors, la peau sous mes yeux, je ne peux pas vraiment dire que j’y ai fait attention.
Là où j’ai commencé à m’en apercevoir, c’est lorsque l’œil droit à gonflé. C’est gênant, un œil gonflé. Au début, j’ai pensé à une allergie et j’ai pris un antihistaminique, le second œil a gonflé. J’ai râlé.
Il y a quelque chose en moi, je ne le savais pas, qui ne supporte pas les yeux gonflés, j’ai l’impression de renvoyer une image de personne alcoolique – ce n’est pas raisonnable.
Ça m’a travaillé un moment.
J’ai fini par en parler sur Twitter où Celenaa m’a conseillé de consulter, ce qui en soit n’était pas une mauvaise idée. J’hésitais juste, je repoussais, aller chez le médecin m’exaspère assez facilement – même si la mienne est chouette.

C’est un xanthome, une chose étonnante vraiment. Une tumeur bénigne comme on en a partout dans le corps sans le savoir, et celle-ci est là pour me dire que mon corps fait ce qu’il ne faut pas faire : il produit du cholestérol, trop. Le xanthome est là pour lancer l’alerte – un drôle d’endroit tout de même, sous les yeux, sous le regard. Et mon corps fait cela parce qu’il a pensé que le SED, ce n’était pas suffisant, que dans le SED ce qui était intéressant c’était de développer de nouveaux symptômes, cette maladie fait des pieds de nez aux médecins qui disent que ce n’est pas une maladie évolutive – elle ne l’est pas, et pourtant, mon état se dégrade sur les années. Il lui fallait un symptôme de plus, un très rare. Il en faut bien, des personnes qui ont un symptôme très rare dans le SED – qui est une maladie rare. De la rareté sur la rareté. Je me demande, est-ce que cela fait de moi une personne rare, et puis maintenant très rare, mais comme je ne suis pas mes symptômes je suppose que non. C’est dommage, cela eut été la seule chose d’intéressante, finalement.

Mon nouveau symptôme et moi, nous allons donc tenter une bataille : faire chuter le cholestérol qu’il cherche à faire grimper, et se débarrasser de ces tâches sous les yeux. Très certainement au laser, m’a-t-elle dit. Et en attendant, il m’occupe bien la vie : prise de sang, RV avec dermatologue au CHU, biopsie – parce que je n’ai que ça à faire, sérieusement.

J’avais prévenu : tout ce qui est médical me fait râler.
 

Autre point santé :
Ce matin, un prothésiste a mesuré chacune de mes articulations sur les deux mains, il a du le faire avec des petits bouts de papiers parce que mes doigts sont si fins qu’il n’arrivait à rien avec son mètre, et c’était long long long j’avais mal à force. Mais d’ici quelques semaines, j’aurai des mitaines pour contenir et soutenir mes articulations. J’en attends beaucoup, j’en peux plus de me faire mal en tapant au clavier ou en tenant une aiguille.

Concernant la déchirure musculaire d’il y a plusieurs mois et qui ne se remet pas, la Doc pense à une inflammation qui empêche la cicatrisation. Je continue de maintenir avec l’attèle, on tente un anti-inflammatoire.. je vais finir par être une pharmacie ambulante.

 

Point fou rire :
Suite à un petit délire sur Twitter sur les chansons des années 1993 (ma faute, avec Native !), on s’est fait une bataille de vidéos (et puis ça a un peu dérapé dans les autres années !), un gros merci à vous ! Je pense les avoir toutes répertoriées là (LeChat s’est bien moqué) :
Scatman
Chaka Demus & Pliers
The Buggles
Culture Club
Dr Alban
Snap
Cyndi Lauper
Corona
MC Hammer
A-Ah
Comanchero

Et puis une spéciale. Pour moi. Toute mon enfance, celle-là, tous mes voyages de Paris jusque chez mes grands-parents, tout le bonheur (1981 ?):
Kim Wilde

 

Point écriture :
Le post le plus bordélique qui soit… le plus mal écrit aussi. C’est que je donne tout dans l’appel à texte que je tente de faire, je ne sais pas d’où je sors ce que j’écris, la sensation d’habiter en dedans des mots, d’y être toute en puissance, de poser les fondations un peu, je ne sais pas je laisse venir et puis je verrai, oui, je verrai. Je me demande juste, il me faudra un ou deux lecteurs quand j’aurai terminé et je ne sais pas comment gérer cet intime là à un regard « connu » – dit la fille qui tient un blog très impudique. L’ambivalence, c’est merveilleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *