En arrière-fond de la création

Depuis quelques temps, je couds. Je suis passée en mode passionnée dans la création manuelle, ce qui n’est pas forcément une merveilleuse idée puisque je dois écrire. Le printemps qui ne s’installe pas, sans doute, en est la cause. La chaleur si douce d’hier a disparu ce matin sous les nuages : l’herbe mouillée ne me tente pas. Alors je couds, alors j’écris, je mélange les arts, je réussis mieux l’un que l’autre et cela me désole pour l’autre. Je suis fatiguée et agacée de l’être. J’avance mais ne sait plus, j’ai écrit Feu aujourd’hui je le trouve plat, à l’opposé de ce qu’il suscite en moi, je relance Avortement, il sort par à-coups de ce ventre bien vivant et ça sort en vague, en souffrance, en décalé puisqu’il s’agit de moi mais pas de mon ventre. Je bouscule ce qui se cache dans mes recoins, je me dois bien de sortir toutes les ombres, de les arracher et les poser sur le blanc de la feuille, et si au jour final je l’envoie s’il est lu et détesté, j’aurai au moins tout donné – je me demande pourquoi je ne peux pas juste, juste, écrire et envoyer de simples mots plus proches du conscient ne me demandant pas de m’y laisser moi toute entière. Pourquoi, pourquoi ne puis-je pas faire simple, écrire et puis rien, rien de grave, rien de fort, c’est si incroyable que je ne sache pas faire.
Alors j’écris et quand je veux me cacher de moi-même, je couds.

Des glaces :

glace feutrine vanille chocolat

Des bavoirs :

création bavoirs animaux

bavoir elephant

création bavoir monstres

bavoir gourmandise theiere

bavoir gourmandise

2 commentaires sur “2”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *