Ce que l’instinct bouscule

coquelicot épines fièvre

L’enfant qui ne perd pas sa dent parce qu’elle tient et qu’elle refuse de lâcher – sa vie peut-être – l’enfant qui a ce toc ou bien ce tic enfin ce truc de mettre ses mains à la bouche en permanence même s’il vient de jouer dans la terre, l’enfant enfin qui tire sur cette dent qui vraiment ne veut pas tomber mais tire et touche en permanence comme une obsession inévitable face à ce qui dérange dans cette bouche, a fini par faire une infection. La gencive a gonflé, rougi, foncé, est devenue douloureuse, et par un hasard extraordinaire où moi-même j’allais chez le médecin ce samedi, je lui ai montré l’enfant en plus de moi parce que je ne le sentais pas sans rendez-vous pour lui ce que je n’aime pas faire, je lui ai montré l’enfant fatigué et pâle, la gencive, la dent et la légère si légère fièvre, à peine une tiédure, elle a touché des ganglions un peu enflé et a préféré le mettre sous antibiotique en me disant « si lundi ça ne va pas mieux vous m’appelez« . Et alors samedi, une heure après la tiédure est montée, est devenue brûlure, est devenue insoutenable et il n’a plus bougé. Et pendant vingt-quatre heures, il s’est battu contre la fièvre.

Je ne me suis jamais autant félicitée d’avoir vu un médecin en ayant forcé le passage.

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *