Aujourd’hui la force

Me suis un peu forcée1, rien n’était indiqué, on a ouvert une porte au hasard et le bureau s’y tenait. Nous n’étions pas sur la liste éditée en 2015, nous avons eu la faiblesse de nous inscrire en 2016 et nous avons du repartir et revenir avec le papier prouvant notre implication – purement nouvelle – et donc notre inscription –toute aussi nouvelle, je me suis fait appeler par mon nom de jeune fille j’ai grimacé, je n’ai pris q’un seul papier pour éviter le gâchis épouvantable et enfin mon enveloppe bleue est tombée dans l’urne. J’ai voté. 21 ans2 d’écart avec le précédent3.

 


 

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides
1- Je crois qu’on peut aussi (entendre) parler d’une force de vote.
2- 1995, mon premier droit de vote et ma jeunesse politique, Jospin. Et mon dégout, profond, de ne pas le voir élu. J’ai peut-être participé à d’autres, je n’en garde pas le souvenir, je ne me suis plus reconnue dans le système et j’ai arrêté. Je me souviens seulement en 2002 de LePen-Chirac et mon impossibilité à participer au vote parce que je n’étais pas au bon endroit et ce stress de ne pas pouvoir participer à faire basculer le racisme et la bêtise, de me demander si c’était cela, la France, juste la peur de l’autre. Maintenant j’ai une carte de vote prête, pas pour faire un votre contre non, j’attendais un vote pour. Je ne pensais juste pas m’en servir avec une véritable volonté de vote, la peur sans doute que cela n’arrive pas, ce vote pour que je ne suis même pas certaine de poursuivre d’ailleurs, avec les autres alternatives aux présidentielles, mais je donne une chance à, là, aujourd’hui. Oui, aujourd’hui la force.
3- L’abstentionniste est une autre force. Je crois qu’il faut être en phase avec ses valeurs et ne jamais, jamais juger ce que fait l’autre. Même, ou surtout, avec un LePen en face.

 
 


 
 

Like

11 commentaires sur “11”

  1. Je suis le chemin inverse. J’ai toujours voté, veillé à être inscrite et depuis quelques mois, je n’ai plus envie. Je ne me sens plus représentée, je crois, je me lasse des politiques. Je n’ai pas voté pour les primaires, ce scrutin ne s’adressait pas à moi… J’irai sans doute voter aux Présidentielles en revanche mais sans grandes convictions…

    1. Ce qui m’a portée, c’est « nuit debout » et tous les changements qu’on sentait dans l’air, en 2016. Ce besoin de changement. Mon vote pour ces primaires ne sera sans doute pas celui pour les présidentielles (rapport aux alternatives qui surviendront peut-être), là je voulais donner une chance. Ensuite.. on verra 🙂

      1. J’entends bien qu’on puisse voter pour un candidat à la primaire sans voter pour lui ensuite aux élections. J’espère renouer avec une forme d’enthousiasme d’ici les présidentielles…

        1. Si tu en as envie, je te le souhaite 🙂 Dans tous les cas, ne pas voter est un message puissant ; si on ne se reconnait pas/plus dans ce système ou si les personnes présentées ne nous parlent/conviennent pas, qu’est-ce qu’on peut faire d’autre ?

  2. Je me suis sérieusement posé la question d’aller voter ou non aux présidentielles. Pendant quelques mois l’année dernière, j’ai perdu la foi, moi qui avait toujours cru si fort au droit de vote de par mon héritage familial de syndiqués. Depuis quelques semaines, je m’y intéresse de nouveau. Le système n’est pas bon, mais résolument, je n’ai pas la force, oh non, de ne pas aller voter, et de me dire que mon inaction sera compensée par le grand mouvement d’une autre catégorie d’électeurs qui peuvent faire tout basculer.

    1. Je suis partagée cette année. J’ai la sensation d’un virage, complètement démenti par les pantins ridicules qui se proposent d’être président. Je suis écœurée par les candidats, perplexe par ce que nous avons fait émerger en tant que société, atterrée qu’ils puissent continuer à jouer avec l’argent public sans aucune honte.
      Je suis fatiguée et sans certitude.

  3. De certitude il n’y en a jamais en politique.
    Le candidat pour lequel je vais voter est celui qui se rapproche le plus de mes convictions, c’est-à-dire que je vote pour un programme et non pas pour une personnalité. Mais je ne lui fais pas confiance pour autant, personne ne peut dire quel sera son comportement s’il est élu. Malheureusement c’est le cas de tous, et forcément en négatif.

    1. Oui.. Ceci dit, les autres années j’étais certaine de ne pas vouloir voter. Cette année, je suis certaine.. que c’est remis en question. A voir 🙂 (moi aussi, un programme.. ce qui m’a fait me déplacer d’ailleurs, pour les primaires. Tout en souhaitant complètement autre chose, sortir du système actuel. Quelqu’un d’autre, autre chose).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *