Aujourd’hui une princesse

neige Aujourd'hui une princesse
Toute la neige disparue des champs, trônait fièrement sur le sentier.
Photo du jour

 

Je ne suis pas une princesse. Il est assez faux d’ailleurs, de dire que « j’y travaille » ou alors il me faudrait approfondir, expliquer que l’hiver la conception même de princesse hiberne sévèrement sous les multi-couches de vêtements. Les cheveux hirsutes dramatiquement cachés sous un chapeau et le visage à peine visible sous l’écharpe, je passe à travers la beauté. L’été il y a ce quelque chose qu’il m’est permis de saisir, mais l’hiver… l’hiver me rappelle durement que je n’ai jamais appris la féminité.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides
 
 

ires sur “/span>

3 thoughts on “Aujourd’hui une princesse

  1. Pas facile d’être féminine l’hiver. Je ne découvre la féminité que depuis quelques années, je la sens libre l’été, comprimée l’hiver. Trop de couches sur la peau pour être à l’aise.
    Douce journée à toi.




    0



    0
  2. Avec le sport, mes cuisses se sont musclées, je ne rentre plus dans aucun de mes pantalons « jeans », tous me compriment les jambes. Pareil pour les hauts un peu cintrés. Du coup je passe ma vie en jogging-tee shirt-sweat, c’est tellement confortable, mais probablement aux antipodes de la féminité. Je ne la recherche pas, ou si peu. Ne l’avoir jamais apprise est, je pense, une très bonne remarque pour moi également. Et puis, on peut être femmes autrement que par la féminité, du moins celles qu’on nous vend à travers la mode et les magazines (sans parler des pubs).




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *