Aujourd’hui ça me regarde



 
C‘est . Sur ma tête, une capuche qui ne m’appartient pas. Par la fenêtre il pleure ce gris tristesse des enterrements dans une grande solitude. La pluie glisse sur mes questionnements, des errements que je ne gère pas et qui mériteraient une psychothérapie pour ce qui défigure, ne se répare pas, parce que la mémoire du corps j’en fais quoi ? Je ne suis pas chez moi –en moi -, j’ai déplacé comme une fuite ce qui me traverse. Est-ce que vraiment, ça me regarde, est-ce que ça va me lâcher ?
Est-ce que. ça.
 

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides
 
 

1 commentaire sur “1”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *