Aujourd’hui parce que je le vaux bien



 

Est-ce juste moi qui se hérisse sur cette phrase, le côté publicitaire que je ne peux empêcher dans ma tête, comme si j’étais un produit à vendre ? L’idée voulue féministe m’insupporte de l’avoir trop entendue, ou même – et sans doute est-ce bien plus fort – m’exaspère de devoir valoir quoi que ce soit aux yeux des autres, avec mes cheveux ou toute revendication d’une cosmétique dite de façade : je suis dans le refus marketing.
(Serais-je agacée)

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides
 
 

4 commentaires sur “4”

  1. <3

    Je ne sais pas si c'est tant que nous sommes des produits à vendre, ou que nous devons lâcher la bride de la consommation. "Allez, achète mon shampooing, tu vaux bien le prix qu'il coûte, quand même".
    J'ai du mal à voir en quoi cette phrase ait jamais été féministe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *