Il me semble que je n’ai pas écouté, pas compris tout de suite la force de ses gestes. Tout le corps tendu en avant il avait fermé les portes les unes après les autres. Il a dit non, et il a dit ta maman t’attend et il empêchait la toute petite de s’aventurer ailleurs, c’était chez lui et soudain sans aucune notion de ce qui se dit ou ne se dit pas, noyé dans ce trop d’heures de jeux formidables, il a lancé depuis ces cinq années épuisées
« c’est trop c’est ma maison et je veux que tu partes ».
 

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides
 
 

Dame Ambre

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement.

(Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

D'autres mots d'hier et d'avant avant-hier

2 Comments

    1. Oui, il est impressionnant cet enfant, très clair avec lui-même, ce qu’il ressent, ce dont il a besoin. Ce qui était chouette aussi, c’est que la maman était dans la même bienveillance et l’a très bien pris, reprenant sa phrase pour l’accueillir lui et de l’autre actant le départ qui avait peiné à se mettre en route (les deux petites ne voulait plus partir, elles étaient bien et avaient passé une bonne après-midi 🙂 ).

Répondre à Dame Ambre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *