#366 réels

Aujourd’hui un moment où j’ai regardé l’heure

 
11h36.
Je lui ai dit je ne peux pas, je vais mal entendre, j’avais du henné sur les cheveux pour une pause de 45 minutes, je ne voulais pas tâcher le téléphone, on s’est dit 3 minutes et nous avions tant à dire, comme chaque jour, et plus encore depuis ce diagnostic qui bouscule nos vies respectives. Je lui ai dit la crise de nuit, le coude qu’on a pensé cassé et qui n’avait rien. Trois minutes avaient forcément passé et je devais m’occuper de mes cheveux, j’ai regardé l’horloge et elle avait tourné dans un drôle de sens, sauté par-dessus les heures.
13h31.
 

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides
Je n’ai pas la capacité d’ajouter des photos. Je tente déjà de conserver ce rendez-vous d’écriture.

 
 

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement. (Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *