Aujourd’hui signature – Ce stress journalier

2003. Je débutais les blogs, me faisait « voler » ma première photo – la personne supprimait mes messages, refusait de mettre un simple lien vers mon blog. Par la suite je les ai signées du nom du blog – Lumière – et finalement j’ai réfléchi à un véritable nom. Le blanc. Intense. Je n’ai rien, rien, rien trouvé. Alors me suis-je dit, en attendant je vais écrire Plume d’Ambre, pour l’écriture et mon prénom. Et cela m’a complètement échappé : mon – ancien – blog a pris de l’ampleur, les photos on eu un certain succès, et c’est devenu ma signature.
 


 

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui signature
 
 


 

Cette seconde journée de vacances est compliquée. J’ai l’impression que depuis que LeChat a enfin accepté cette possibilité d’Asperger pour Prince, cela a ouvert deux chemins en nous : la compréhension de nos enfants et l’ouverture de nos yeux sur ce qu’on vit vraiment. S’il est évident que cela nous aide à mieux gérer les crises, il est aussi évident que je suis bel et bien incapable de les gérer. A l’intérieur c’est comme si j’étais enfermée et me mettais à hurler contre les parois. L’entendre hurler me fait déborder et je contiens tout ce que je peux, je suis agressive, j’ai envie de tout casser et de le frapper. Je quitte la pièce, pour nous sauvegarder, je cherche le silence, n’importe où de préférence.
Nous sommes dans un hôtel, je n’ai nulle part où aller. Nous avons géré la première crise sur ses chaussures – il y a longtemps qu’on n’essaye même plus de lui mettre des chaussettes, hiver comme été – mais sans chaussettes justement, les chaussures s’abiment à l’intérieur : l’horreur. Vingt-cinq minutes pour partir de la chambre, avec finalement assez de calme. Deux heures ont passé, la seconde crise a explosé au moment de se coucher. Magnifiquement gérée – vraiment, j’étais fière de moi, de mon mari, de mon fils. Troisième crise… j’ai débordé. Pendant que Prince piquait ses crises n°2 et 3 – parce que l’oreiller n’est pas lisse et que les plis le rendent fou, son oreiller pourtant parce que nous avons déménagé la moitié de la maison pour éviter les crises (!) – Hibou dormait profondément. Irréveillable. Formidablement irréveillable. C’est une bénédiction, et une malédiction, ce sommeil profond. Parce qu’il entend. Parce que le lendemain, il fera sa propre crise. De colère, de rage. De non-écoute, de mise en danger. Le lendemain, c’était aujourd’hui. Un carnage émotionnel.

Ce matin nous avons visité un site troglodyte et j’ai admiré, vraiment admiré, un couple avec deux enfants calmes. Ils avaient l’air bienveillants, il n’y a eu aucune mot plus haut que l’autre, ils ne donnaient pas l’impression de « tenir » leur enfants, ils étaient libres et cela se sentait. Comme les nôtres. La différence était dans la tension contenue dans nos enfants, le verbiage incessant, le besoin continuel de nous montrer quelque chose, la surexcitation joyeuse – et tellement trop pour moi. Pourtant j’ai très très bien vécu ce moment, et eux aussi. Le site permettait une grande liberté de mouvement, le guide très avenant a parfaitement accepté les excès enfantins et fait en fonction. Ce fut vraiment un moment agréable – beaucoup moins ensuite. On ne peut pas rester enfermés dans la chambre, alors nous sommes sortis et c’était trop, la crise de Hibou dans la voiture, marcher, le monde…

Les journées ont toujours été compliquées, toujours. J’ai juste la sensation de me réveiller. Et c’est rude.


Sur la route, hier

 
 

ires sur “/span>

2 thoughts on “Aujourd’hui signature – Ce stress journalier

  1. Bonjour Ambre,
    Je me suis renseignée sur Asperger (parce que hier, ou un autre jour proche du passé, c’était la journée mondiale de l’autisme) et j’y crois moi aussi très fort à ce diagnostique possible, pour tes enfants —surtout Prince. Le verbiage incessant, comme tu dis, c’est très révélateur ! Cette sensibilité pour les détails, pour les petites choses qui changent (et les grandes)… François avait senti une grande fatigue chez Hibou et Prince après qu’ils soient sortis ensemble avec la petite Loutre. C’était frappant pour lui parce qu’ils étaient “plus grands” mais “plus fatigués” (en fait, ils étaient éreintés) que notre Loutre. Et je me souviens aussi de la fois où pour le tester et pour rire aussi, nous avions fait semblant d’ignorer Prince qui voulait nous montrer quelque chose. Il n’a pas compris du tout !
    Je crois, oui, que vous pouvez vous renseigner, sur comment adapter le quotidien pour que la vie devienne plus simple pour eux. Et donc, aussi, pour vous. Et vous organisez des vacances de parents ! C’est sûr !!




    0



    0
    1. Effectivement, cet humour-là précisément dont tu parles n’est pas accessible à Prince (en fait, à moi non plus. Beaucoup de choses de ce type-là m’échappent complètement, j’ai souvent besoin qu’on m’explique). La pédopsy vue réfute Asperger, elle semble partir sur une base éducationnelle : la bienveillance rend permissif, c’est notre faute s’il fait des crises (ok je caricature un peu). Bref. La pedopsy est catastrophique, on doit changer (j’essayerai de faire un post dessus, c’était édifiant. 45 minutes de non-écoute).
      En attendant, on glane des infos sur le net et ça aide beaucoup Prince.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *