Aujourd’hui la famille


 

Il y a des jours comme ça, le rêve serré sur la mémoire d’un père aussi insaisissable que le vrai, je ne veux pas émerger, ouvrir les yeux, entendre les voix. LeChat éclipsé tôt ce matin, le lit vide s’est ouvert pour le câlin d’un Prince immensément éloigné de moi et je ne savais plus mon rôle, plongée dans les fragments d’un rêve qui ne se saisissait plus que par les bords. Je voulais silence, rêve et sérénité, non m’ouvrir aux grognements, tartines de miel et famille qui coulent d’amour entre les doigts.
Et puis je suis revenue aux enfants, doucement, comme avec retard.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui la famille
 
 


 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *