Aujourd’hui un parfum


 

Il me semble, j’ignore tout du monde ; je me tiens sur son bord comme une enfant, à humer sa beauté sans oser y toucher. Je me prépare à Girone, quelques kilomètres et une frontière d’hommes, un fouillis de sensations, encore. Je m’élance sur ce parfum de vacances, je sens déjà le vieux souffle du monde sur la surface de la méditerranée et l’odeur de soleil qui caressera délicatement mon âme. Vulnérable. Je ferme les yeux sur le murmure d’une fragrance inconnue pour encore quelques jours, je nous envie les doux frissons de la prochaine décennie, nous envie, nous. Dix années.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui un parfum
 
 



-Il n’y a rien de mal dans les dénouements heureux, répliqua Magrat avec feu.
-Écoute, les dénouements heureux c’est bien s’ils finissent bien, dit Mémé en jetant un regard noir au ciel. Mais on ne peut pas les décider pour les autres. La seule façon de rendre un mariage heureux, ce serait alors de couper la tête des mariés dès qu’ils ont dit oui, pas vrai ? On peut pas décider du bonheur… Tout ce qu’on peut décider, conclut-elle, c’est d’un dénouement.



Terry PRatchett – Mécomptes de fées

gouttes eau trèfle Aujourd'hui un parfum

 

1 commentaire sur “1”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *