Aujourd’hui cheveux


 


Elle m’échappe, je ne sais jamais qui je vais voir, elle change de cheveux comme on enlève une robe : ils étaient blonds bouclés courts, ils auraient bien pu être lisses roux dreadlockés. Elle est belle, cette fille. Depuis quelques semaines nous développons une extrêmement fragile communication, elle change ; elle m’a agressée un jour éloigné, je l’ai détestée, aujourd’hui nous avons discuté viol conjugal – mais je m’y suis blessée, finalement, c’est difficile les larmes avec les mots dans les yeux.
Elle change et pas seulement de cheveux, elle change et je m’avance doucement, je m’assure qu’elle ne me griffe pas.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui cheveux
 
 



La lumière croit voyager plus vite que tout, mais elle se trompe. Elle aura beau foncer le plus vite possible, elle verra toujours que les ténèbres sont arrivées les premières et qu’elles l’attendent.

Terry Pratchett – Le faucheur

 


Cala Estreta – Espagne

 

 

Like

6 commentaires sur “6”

  1. Le sujet est délicat et dangereux. Parfois en parler fait du bien. Parfois ça fait juste remonter des souvenirs qu’on préférerait garder sous scellés.

    1. Oui.. je suis ces temps, en “obligation” de travailler cette histoire, mon état de santé (organes) étant visiblement directement lié. Je ne m’attendais pas, quand elle a lancé le sujet, à en avoir les larmes qui montent.. ça m’a montré à quel point je suis en fragilité et en difficulté (alors qu’il me semblait que j’allais assez bien).

    1. Absolument. Ce qui m’a surpris ici, c’est que justement je travaille dessus depuis plus d’un an, j’en parle beaucoup avec mon mari ou ma meilleure amie.. je ne m’attendais pas à avoir les larmes qui me viennent, à me faire déborder d’émotion en en parlant (à une autre personne, et en n’initiant pas le sujet moi-même). J’ai sous-estimé.

      1. Quand tu dis “travailler dessus”, c’est que tu fais un travail sur toi-même à ce sujet, ou bien que tu fais des recherches et/ou écrit un livre qui traite de cela ?
        Si c’est la dernière option, probablement que tu te coupes de la dimension émotionnelle pour traiter méthodiquement/mécaniquement du sujet.
        Cette personne a peut-être, avec un ou des mots précis, réactivé certaines émotions qui lui sont liées… Mais ce n’est pas une mauvaise chose en soit, et il vaut mieux accepter cette émotion, même triste, plutôt que la refouler. Puis aller de l’avant et la laisser retomber dans les limbes de notre cerveau… C’est en tout cas comme cela que je le vois.

        1. Non je parlais du fait que je faisais un travail sur moi-même. Et justement, en travaillant ainsi et en en parlant beaucoup ces temps, je ne m’attendais pas à ce débordement. Mais il est tout à fait normal, parallèlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *