Laisser les doigts libres.. et n’en rien dire

Tellement, rien. Je suis devant mon écran depuis Trente-deux minutes, je fixe, ne respire pas, ne sais pas comment me dire. Je ne sais plus déjà, m’inventer sur le papier-écran, j’effleure le vide. Dès que je n’écris plus, dès que je m’éloigne des mots, je me fige, comme en détresse ou comme à savoir trop ce que les autres vivent écrivent disent, comme à se dire que je dois faire ainsi et comme ça, et alors je ne sais plus mon chemin, le mien, celui étrange où ma pensée se faufile. J’ai oublié que je dois oublier comment on attend d’une écriture qu’elle soit. Je veux dire, je lis. Je sais comment on raconte. Je sais comment d’autres racontent. Je ne sais pas comment je raconte. Dans quelle ligne de fuite vais-je bien pouvoir me poser si je n’ai pas le temps de me réunir ? Déjà LeChat me dit cela fait une heure et les enfants vont quitter l’ordinateur, et je vais devoir quitter l’ordinateur, et je n’aurais rien pu faire, rien pu exprimer. Sinon cette peur terrible de me briser sur l’impossibilité de venir là, m’abandonner d’écriture.


Et déjà, l’enfant. Crie.

poisson mer herbes
Poisson dans la mer – 12 juin 2017 – Espagne

4 commentaires sur “4”

  1. L’idéal serait d’écrire quand ça te vient, pour réapprivoiser tes mots, au lieu de tenter de les faire sortir quand ils ne sont pas prêts… Pas facile :/

    Joli ce poisson, tu as un appareil qui va sous l’eau ? J’en rêve

    1. J’écris des bouts de phrases quand elles me viennent, sur des carnets dédiés à ça. Mais écrire plus longtemps, vraiment, c’est difficile (le stylo fait mal, à le tenir). Il va falloir que je trouve exactement comment faire avec ça..

      Non je n’ai pas ça, j’en rêve moi aussi ! Un jour, j’en aurai un 🙂 C’est une photo prise depuis le bateau, en fond de cale ils ont prévus des hublots qui voient sous l’eau et j’ai pris à travers.

  2. Et un dictaphone ? Ca doit faire bizarre au début mais si ça peut aider… Il existe des logiciels qui retranscrivent des paroles en texte. Certes ce n’est pas la même sensation que tenir un stylo ou pianoter sur le clavier, mais au moins tu pourrais te libérer de tes mots sans que cela soit douloureux (physiquement).

    Depuis un hublot ? Wah ça rend super bien ! On s’y croirait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *