Aujourd’hui qui, quoi, quand, où, comment et pourquoi ?



 

Hélène Cixous et moi
L’une lit l’autre
Toute la journée
Sur mon lit
Allongée sur les draps
Pour le plaisir de ses phrases étonnantes et profondes

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui qui, quoi, quand, où, comment et pourquoi ?
 
 


Parler (m’écrier, hurler, déchirer l’air, la rage m’y poussait sans cesse) ne laisse pas de trace : tu peux parler, – ça s’évapore (…). Mais écrire ! Etablir un contact avec le temps : Marquer ! se faire remarquer !! – Cela, c’est défendu.
Hélène Cixous – La venue à l’écriture

 


Vitrine

 

J’ai essayé d’écrire. Cela fait une heure que j’essaye d’écrire, que j’essaye, qu’il ne veut pas s’arrêter de nous appeler, qu’il ne veut pas s’arrêter, qu’il ne veut pas. Une heure. Alors ces mots pauvres, cet atelier qui n’a plus de sens, et moi qui ne sait pas, ou plus, comment faire avec cet enfant pour qu’il apprenne à profiter, à être heureux. J’envisage de le renvoyer à l’école – le renvoyer de la maison est-ce qu’on peut renvoyer un enfant et qu’il change de foyer comme on renvoie un élève difficile, est-ce que – j’envisage l’école et la demi-pension, pas l’entière, j’envisage et je vois ma mère déposée comme un paquet de linge sale en pension complète à six ans parce que ses parents n’en pouvaient plus et vraiment, je n’avais pas compris alors, comment ils avaient pu, comment.
On peut, comme ça, sur des cris, de part et d’autres. On peut voir passer l’idée.