Aujourd’hui permission accordée


Je me suis accordée le rien, laissant derrière-moi quelques unes des heures. Les discussions se sont succédées et je me suis échappée, oh que j’aurais aimé revenir à ce temps où je ne parlais pas avant ma première tasse de thé, mais disons alors au moins ce matin je l’ai bue, comme distante. LeChat a cuisiné, lancé une machine et l’a étendue, lavé la vaisselle, fait manger les enfants, je ne suis ce soir encore, qu’une éloignée à ma famille. J’ai terminé le joli sac lémurien, photographiant mais en passant à côté de lui ; il semble un peu ailleurs. Comme moi. Et c’est doux, ailleurs.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui permission accordée


– Qui décide du nom ? Voulu savoir la petite fille.
– Le Conseil des anciens, explica son père.
– Qu’est-ce que c’est ?
– Ce sont les hommes de la tribu.
– Et pourquoi pas aussi les femmes ?
– C’est contre la loi.
– Et qui fait les lois ?
– Les hommes qui siège au Conseil des anciens, répliqua le cheikh Idi Hamid.

Sigrid Heuck – La princesse des sables


sac cabac lémurien Aujourd'hui permission accordée


sac cabas

Voilà parfois, c’est à dire les jours ressemblant à un 4 juillet 2017, je ne fais rien. Je lis depuis hier au soir un livre absolument magnifique, superbe, je ne l’ai pas ouvert tant surtout ce dont j’avais besoin, c’était de ce rien précieux qui apaise. Autour de ce rien j’ai terminé de coudre ce sac, parce qu’il ne restait plus grand chose et que c’était le bon instant. Les photos ne lui rendent pas – j’allais dire sa beauté, mais tout de même – honneur, mais ces temps c’est comme si je ne savais plus photographier. Je passe complètement à côté de l’essence des choses, irrémédiablement je soupçonne la fatigue. LeChat s’occupe de faire les albums de photos des enfants, il est sur l’année 2016 et soudain il me dit « mais tu n’es sur aucune photo, il va falloir faire attention ça ne va pas, prends des selfies je sais pas moi » et je lui ai demandé avant de me photographier, de me rendre mon teint, l’épaisseur de ma chevelure, ma santé, mon énergie, la beauté de celles qui ne font pas vieille dame à quarante ans, du temps pour moi. Est-ce que nous saurions faire cela, me rendre la beauté que mes quarante ans devraient afficher ? Je suis fatiguée d’être fatiguée, et de retrouver mon énergie dès que nous sommes en vacances, que je ne suis plus juste une maman. J’attends d’avoir soixante ans, alors ? J’étouffe d’épuisement et de larmes retenues. Je la cherche, ma Mary Poppins, celle que je paierais avec du pain maison parce que les finances, disons, elles sont un peu largement tombées hors de ma vue, ce n’est pas évident. Parfois il me semble que ma vie est parfaite, parfois il me semble que je voudrais en changer trop,.. il doit bien y avoir un équilibre, un fil à tirer pour que l’air soit doux.
J’ai des larmes à couler, les fatiguées, je crois. Avant.
 
 

Like

3 commentaires sur “3”

  1. Parfois, Rien c’est bien aussi (le Rien des jours où l’on s’éloigne de la réalité et du quotidien qui nous étouffent).

    Je suis aussi plus souvent derrière l’objectif que devant, mais ces derniers temps j’ai commencé à faire des autoportraits, pas beaucoup, 2 ou 3, mais c’est comme si je me découvrais à travers ces photos de moi-même. À chaque fois j’ai pris plaisir à me mettre en scène (avec le téléphone qui peut faire télécommande de l’appareil photo, c’est pratique).
    Peut-être si tu arrives à capturer ton essence celle des objets te reviendra dans la photo.
    Il est très mignon ce sac en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *