Aujourd’hui moment où la nuit tombe



La nuit tire son voile –est-ce qu’on en revient – et je résonne d’une mort, toutes mes larmes incompréhensibles se tiennent sur cette mort que je ne sais pas, où je ne suis pas. Il me semble que le disparu pleure davantage, comme s’il était de mon devoir de consoler celui qui a passé, la maladresse vertige de la situation me foudroie, peut-être nous effondrons-nous de tout ce mutisme. Qu’as-tu à me dire maintenant, quelle parole dans ce silence, finalement mais qu’est-ce que j’enterre.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui moment où la nuit tombe


Les livres sont carnassiers. Ils se nourrissent de chair, de larmes, ils se frottent de mort, ils prennent leur source au cimetière, c’est tout, sur mon père, j’ai bâti une œuvre, en dot j’ai reçu ses ossements, ses dents, ses peaux, ses lettres, une fortune de terreur et d’inconsolation.
Hélène Cixous – Osnabrück

poignée porte bois

 
 

Like