Aujourd’hui le fil – et quelques nouvelles


Elle perd le fil et le reprend, à l’envers de l’endroit, le temps a passé et je mets un temps à relier les mots. Il y a toujours un enfant – quatre – pour nous interrompre, alors nous parlons d’autre chose durant trente-sept minutes ou quarante-six et soudain elle reprend la première conversation, sans lien aucun, elle reprend comme si jamais elle ne s’était interrompue elle reprend et je ne comprends pas, je suis sur l’autre côté d’une nouvelle langue, fascinée par sa manière de me perdre. Il m’arrive d’avoir besoin d’une minute. Pour comprendre, relier, pouvoir reprendre en main ce fil qui avait été sauvagement coupé.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui le fil


– Papa, demanda Lazare avant que Sauveur éteigne la lumière, est-ce que c’est grave si j’ai que UN ami ?
– UN ami ? Mais, c’est beaucoup, ça !

Marie-Aude Murail – Sauveur & fils Saison 1


arbre racines nœud montcineyre Aujourd'hui le fil

Cette amie, si elle a l’art de me perdre dans les conversations, a aussi celui de savoir où me trouver pour me faire plaisir ; elle nous a offert un service entier en grès dont elle ne voulait plus – et dont elle ne s’est jamais servi – : assiettes, verres, minuscules et petites tasses, divers pots, plat à tarte, saladier, beurrier.. Me voici avec une vaisselle superbe, il ne manque que les bols – et je trouverai c’est une évidence. Il y a même une théière qui n’est pas en grès mais en céramique. Il m’arrive d’envisager que tout ne va pas si mal ces temps. D’ailleurs, tout ne va pas si mal, et même va relativement correctement. Bien que je ne fasse plus d’école, et d’ailleurs peut-être qu’il y a un lien, aussi. Il est si étrange de pleurer si fort, de regretter tellement cette activité qui me plaisait et pourtant dans le même mouvement de me sentir plus libre d’être autre chose pour mon fils. Me voici donc maman-joueuse. C’est si étonnant.

Hier soir, je suis retournée à la cuisine. LeChat faisait la route d’aller puis de retour, il déposait Hibou chez ses grands-parents pour quatre jours, j’ai pensé qu’il serait heureux que le repas soit installé sur la table à son arrivée. Je suppose qu’il me faut le préciser, je ne cuisine jamais. Je ne supporte pas la tâche répétitive que cela implique, je m’ennuie devant le réfrigérateur. Ce que j’aime passionnément, par contre, c’est dénicher une nouvelle recette un peu exotique, pour les saveurs sous la langue et ce qu’elle réinvente, bouscule mes – bien petites – connaissances. Hier soir j’ai donc découvert le chou-fleur frit à la sauce indo-chinoisealors il faudra se mettre d’accord, dans un commentaire une personne dit « irakienne », cette recette est ce qu’elle veut puisqu’elle est divine. Il me semble qu’il est devenu mon plat préféré – jusqu’au prochain que je débusquerai. LeChat souhaiterait que je cuisine tous les jours, lorsque je parle à son estomac comme ça. Évidemment. Mais, pas question. Ou alors que l’on me trouve un superbe, et facile, livre culinaire étranger, et j’y songerai. Fortement.

D’être seul, Prince devient enfant unique. Il s’étale dans un verbiage incessant, joue aux Dames avec son père, bouscule notre quotidien. Ne l’apaise pas, il l’inonde au contraire : il pleure beaucoup, pour tout. Un repas qui ne lui convient pas, un pantalon qu’il ne trouve pas, un livre égaré (par ses soins). Il me semble qu’il noie l’absence de son frère, autant que la déception d’être celui qui est resté. Il sent forcément que cette fois, il n’a pas été désiré là-bas. Il est si difficile, cet enfant. Qu’est-ce qu’on peut faire, dites-moi. Qu’est-ce qu’on peut faire.

 
 

4 commentaires sur “4”

  1. C’est étonnant, avant de lire la fin, je me demandais si Hibou ne se sentais pas trop exclu d’être parti là bas tout seul alors que son frère restait avec ses parents, mais finalement l’inverse peut être tout aussi frustrant pour Prince. ..

    1. C’est Hibou qui avait demandé à s’y rendre, Prince lui n’a pas demandé (et les grands-parents non plus). Malgré son non-désir d’y aller, ça n’a pas été simple à gérer pour lui, en effet..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *