Aujourd’hui emballage – renonce

C’est.. si beau.
Au-delà de l’image et du message dont la mise en scène est superbe,
j’aurais aimé savoir, pouvoir, dansé ainsi,
dans l’expression pleine du corps.


 

ܟ


J’ai vidé tout le placard et nettoyé des miettes de vie, des sucrées et des plus salées mêlées. Dans le bac il a mis à tremper les bocaux silencieux, les étiquettes doucement se sont détachées ; elles flottaient telles des oiseaux, se déplumaient de leur emballage ne servant plus, des émotions peut-être Et dans l’immobilité obsédante du papier qui se retire, renonce, lâche-prise dans le plus grand silence, je me suis demandé. ce que moi . j’abandonnais. de superficialité.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui emballage


ܟ

 
Ce matin je me suis réveillée sur un mot. Il était d’une telle puissance j’en ai ouvert les yeux . comme pour mieux l’entendre . et il résonnait en moi de mille manières. RENONCE. J’ai su que j’étais réveillée aux questions qui se manifestaient, je devais renoncer à quoi comment pourquoi, renoncer à l’écriture l’angoisse la maison, dans le sens lâcher-prise ou alors arrêter de, je ne savais plus ça en devenait violent la cacophonie, je m’éloignais . et je me suis fait taire . silence . il est revenu comme un souvenir. Il m’a accompagnée aujourd’hui dans mes gestes, mes pensées, je l’entendais lorsque je triais les étagères et que je retirais le meuble, lorsque la vue s’est dégagée et que ma cuisine a respiré, je l’ai entendu dans les fils que je tirais de l’écharpe rose et grise . je l’entends .
Renonce.

Aujourd'hui emballage arbre tortueux

 
 

Dame Ambre

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement.

(Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

D'autres mots d'hier et d'avant avant-hier

4 Comments

  1. C’est donc ce mot ! Très fort, en effet… Le plus dur est parfois de savoir à quoi ils renvoient. De ma toute petite expérience en la matière, c’est souvent à des éléments précis.
    Quand j’ai eu « jalouse », j’ai fini par comprendre que j’étais jalouse du nouveau site internet d’une blogueuse -pas d’elle, je l’adore-, parce que moi ça fait plus de six mois que je me dis que je dois faire le mien et je ne me lance toujours pas. De savoir cela, que ça me chiffonnait à se point, me motive pour prendre les choses en main.
    J’espère que le sens de ton « renonce » t’es venu depuis, ou finira par te venir.

    1. Il me semble que « renonce » tient sur deux bases :
      . lâche prise ! (sur les éléments)
      . laisse partir l’inutile
      Je travaille les deux 🙂

      J’ai lu ton commentaire hier sans avoir le temps d’y répondre. Le mot « jalouse » est venue me chercher loin dans mes rêves, me réveillant sur le matin encore nuité. Et j’ai découvert que derrière il y avait la colère et encore derrière la peur. Ce n’était pas de la jalousie à proprement parlé, mais c’est venu me chercher là où je n’avais pas vu que cela m’avait bousculée. Merci de ton partage 🙂

Répondre à Cléa Cassia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *