Aujourd’hui sens interdit

Il y a des routes des mots, on ne voudrait pas les prendre. Un sens interdit sur le chemin, et on fermerait les yeux on ne verrait plus, on n’en sortirait pas, nous serions là dans un sens impossible, il ne resterait que l’autre, unique vision fantomatique et obsédante il hurlerait que tout va bien, nous serions dans une certaine absurdité de l’image et alors il y aurait ce cri arraché et rentré par ce sens non prenable, un mouvement en arrière qui effacerait jusqu’au hurlement dans le ventre – et toute la culpabilité.
Il y aurait ce trou, un non-dit, nous ne saurions pas.
Et nous pourrions continuer de dire tout va bien.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui sens interdit

feuille sur le goudron Aujourd'hui sens interdit

Ma peau s’est collée à ma gorge. Sous mes fenêtres passe
le vent vêtu de gardes. Et l’obscurité n’a pas d’heure.
Lorsque les soldats lâcheront mes mains,
J’écrirai quelque chose…
Lorsqu’ils lâcheront mes pieds,
Je ferai quelques pas…
Et lorsqu’ils tomberont de mes yeux,
Je te verrai… Je verrai à nouveau ma silhouette.
Je te chante ou ne te chante pas.
Tu es le seul chant, et si je me taisais, tu me chanterais.
Et tu es
L’unique silence.

Mahmoud Darwich – La Terre nous est étroite et autres poèmes

 

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *