J’ai retiré l’écharpe de mes cheveux, j’ai écouté

 
J’ai frôlé le monde épuré de ses habitants, frôlé puisque j’ai finalement croisé ce chien et puis cet homme au bout du chien, un grand sourire chaleureux nous nous sommes dit bonjour il m’a signalé une autre dame prenant des photographies plus haut sur le pont et je me suis imaginée en n’en voyant que ses pas dans la neige, reprendre exactement les mêmes, elle et moi les mêmes angles de vue les mêmes, c’était incroyable c’était les mêmes et je me suis demandé vraiment si cela était possible.



J’avais dessiné un trait sur mes yeux, un peu de noir un peu de bleu, j’avais déguisé le visage et puis je m’étais enfouie sous tellement de vêtements je ne sais pas si j’étais reconnaissable, à peine visible peut-être, mais j’étais tout en dessous de la chaleur c’est certain. Mes pas dans la neige m’ont éloignée des cris réjouis des enfants, il montaient un bonhomme absolument gigantesque et j’ai promis lorsque je reviens je photographie j’ai promis – et il s’est effondré avant mon retour. Je suis partie et à peine quelques pas esquissés le silence arrivait, je l’ai senti arriver avec l’impression qu’il courait vers moi c’était particulier. Les sons ont cette caractéristique d’être à l’envers sous la neige, comme s’il venait d’en dessous, de la terre, étouffés.

La neige tombait en douceur, j’ai finalement retiré l’écharpe de mes cheveux, elle isolait mes oreilles je n’entendais pas la neige froisser le sol depuis les arbres. Il arrivait d’une manière complètement irrégulière que les feuilles lâchent un amas et alors un son incroyable s’effondrait jusqu’à moi – et jusque sur mon appareil, schplaf, j’ai éparpillé si vite de peur que.

Je suis partie au bout du monde j’étais tellement seule tellement il m’a semblé appartenir à ce tout, il y avait une certaine violence et en même temps de la douceur dans cette perception, c’était d’une telle intensité je suis partie près de deux heures à m’étonner de cette solitude incroyable. Depuis combien de vies je n’avais pas vécu cela ? Cette intensité de vivre, entre moi et moi, en profondeur avec mes pensées et mon regard sur la vie.. Tout m’apparaissait dans une beauté frôlant l’extraordinaire, et vraiment ça l’était.

neige

neige fleurs rouge



 

 

En écoute :



 

Like

3 commentaires sur “3”

  1. C’est très beau, le texte comme les photos. Sous une ville enneigée en ce moment, je suis aussi sensible à ce changement des tonalités et des bruits sous la neige. Tous les matins, vers 6h30, je rejoins ma salle de sport et sous l’averse de neige vendredi, je remarquais justement que le son de la ville n’était plus du tout le même sous la neige et l’atmosphère générale non plus. Malgré le froid, c’était agréable et vraiment joli. Beau début d’hiver à toi et à vous.

    1. En ville j’ai la sensation d’une douceur étouffée, comme si elle existait mais avec plus de lenteur, que son cœur battait avec plus d’harmonie, sans hâte.. j’aime tellement.
      Merci, à toi aussi <3 J'espère que tu vas bien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *