Pensine

Ces angoisses face à l’ennui

 
Il est dans l’air, le mois, il a cette odeur de sapin qui ne trompe pas. Il suffit de lever le nez de l’écharpe, la neige y est presque elle pourrait blanchir les branches – et d’ailleurs ils parlent d’averse de neige, je ne savais même pas qu’elle pouvait verser ainsi, la neige, sur les toits de la ville, sans délicatesse. Je marchais-courrais dans la ville à poursuivre les enfants qui allaient trop vite, et les boutiques se répondaient en pointillés, des guirlandes et même des petites installations d’automates miniatures qui me font rêver depuis petite, déjà.
La ville n’est plus la même, elle sautille un peu il me semble. J’ai reçu le sourire timide d’une jeune fille, j’étais en train de retirer mon chapeau parce qu’il ne pleuvait plus et que je ne m’aime pas beaucoup avec un chapeau, je me préfère libre, alors je l’ai retiré quelques pas avant que nous ne nous croisions, mes nouveaux cheveux se sont légèrement envolés, ils étaient un peu roux ils étaient un peu courts, et les siens, cela m’a sauté aux yeux en même temps que mon geste, tiraient sur les bordeaux et à peine plus longs que les miens, nous avions quelque chose d’un peu semblable, un peu la même coupe avec vingt années d’écart et nous en avons souri. Il me restait quelques mètres pour rentrer chez moi, avec son sourire, avec de la joie, juste comme ça.


Mince, ses yeux sa voix je craque

 

Cette année, j’ai très peu créé de mes doigts et sans doute il y a une grande cause à chercher du côté de ce sommeil qui m’avait échappé. Le joli côté de ce raté est que je ne me suis pas mis de pression, cette fois. Je devais coudre une écharpe-dragon pour ma filleule et je me suis abstenue, je la lui ferai pour son anniversaire et je crois, elle lui plaira infiniment. Peut-être même que d’ici là j’aurai la polaire qu’il me faut pour qu’elle soit bien réussie, puisqu’il me manque du tissu si je la veux parfaite.
Alors oui, cette année, nous avons beaucoup acheté. Et globalement, sur le net. Je n’en suis pas particulièrement fière, je dois dire, la planète, les petits commerces.. seulement je ne peux pas faire les magasins sans y laisser une vie, et c’est souvent beaucoup plus cher. Il n’y a pas de miracle, nos finances sont limitées.
Les paquets sont arrivés, petit à petit, remplissant le placard en attendant d’être calés sous le sapin-qui-n’est-pas-un-sapin. J’ai surpris Hibou a sauter derrière le canapé, lieu interdit par excellence depuis qu’ils l’ont déchiré jusqu’à laisser apparaître des agrafes sur lesquelles ils se blessent – enfin évidemment, nous avions interdit avant, sans succès malgré nos explications douces, agacées, volcaniques – et donc je l’ai surpris là, sautant sur les longues branches patiemment choisies et ramassées en forêt, cachées puisque nous comptons en faire un tipi pour noël et qu’évidemment il n’est pas question de leur en parler. Je suis toujours autant surprise par ce fait : ils ne posent aucune question. Aucune. Pas de curiosité, ou alors ils ont trop l’habitude de nos bizarreries pour se questionner ? Je m’interroge.

Je me suis mise la tête à l’envers, il me semble que je me suis perdue, un jour. C’était sans doute un glissement de jours, d’ailleurs, pour se perdre comme ça. Et j’ai cerné un point en moi, éloigné si éloigné de ce que je suis actuellement, c’est particulier sans doute un peu, mais il me semble j’aurais aimé être spécialiste de quelque-chose, en Histoire certainement, passionnée comme je le suis cela aurait dû se tenir là, autour de là. À la place de quoi je me tiens sur un autre , dans une maison fermée, à tenter de maintenir deux enfants surdoués dont un l’est à l’extrême et s’ennuie fermement, et je ressens cet énorme vide, je ne sais pas comment il est en mon pouvoir d’aider ces petits à se sentir au mieux quand j’ai autant raté mon propre chemin. Je m’ennuie tous les jours, je n’apprends pas, je ne suis plus passionnée. Je fonce tête baissée dans l’aquarelle, j’apprends les techniques, je tente de reprendre ce dessin qui me vient naturellement alors que je n’y connais tellement rien.

Hibou, je le sens prêt à partir loin, de lui-même, je crois qu’il a saisi que nous n’arrivions pas à suivre, que nous faisions un au mieux pas suffisant. Il additionne, il soustrait, il sait combler les trous d’un problème, il a cinq ans et je vois dans son regard qu’il prend de l’assurance face à cet ennui, depuis hier, depuis qu’il a entendu que pour sa cousine adorée ils ne savent pas chiffrer son QI ; depuis cet instant où il n’a pas dit un mot j’ai entendu tous les rouages, j’ai vu passer une détermination, il y a quelque chose pour lui qui vient de se mettre en mouvement. Est-ce que nous allons seulement savoir l’accompagner ?

Prince s’enfonce dans ses tics – ou bien ses tocs – la panique prend trop de place, il en oublie qu’il sait réfléchir, il en perd son alphabet. J’ai dû reprendre, lui faire réciter. Cet enfant qui savait la table de 3 en maternelle, ne sait plus du tout multiplier quoi que ce soit en CM1. Il a peur. De tout, de rien, de la vie. Il est bouffé par l’angoisse, s’enfonce, tente de garder la tête hors de l’eau. Nous peinons à obtenir ce diagnostic d’asperger, c’est que si on écoute les pédopsychiatres, ça n’existerait pas, cette histoire, sauf à se taper la tête contre un mur – ce qu’il ne fait que rarement, alors, ça ne compte pas.

Mes enfants sont des extrêmes. Je peine à suivre l’un comme l’autre, le grand écart je n’ai jamais su faire et moi, au milieu, je n’ai pas le temps de me nourrir, je n’arrive pas à lire, ni Bobin ni Nietzsche – ce n’est pas faute d’essayer. Il m’arrive de penser qu’il faudrait que j’abandonne les réseaux ainsi que mon blog, récupérer ce temps-là. Je ne peux m’y résoudre, c’est là finalement, que j’ai encore l’impression d’exister pour quelqu’un.

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement. (Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *