Les épines, les yeux dans les casseroles

(Tu vois bien, c’est tout raté)

 

Je ne sais plus vraiment pas très bien la valeur, celle à l’intérieur des orties. Je me sens épineuse, oui. En dessous du sourire les épines droites de peur, elles se gavent des journées remplies d’enfants, je me suis dis alors qu’il fallait peindre et je me suis ratée – le papier n’aime pas l’épine colorée.

Il me faudrait le métier, celui qui change les heures, je me voudrais éditrice ou alors au moins je me voudrais à lire pour une maison d’édition. Je sais exactement ce que je voudrais faire lire, ce serait juste autre chose, avec du caractère. Une beauté, une poésie.. une âme.. ce serait ce que je voudrais écrire, non pas l’histoire évidemment celle-ci est en moi et viendra, non, il s’agirait du style, de cette pierre-là, de celle que je n’arrive pas à poser que je n’ose pas que je pense inaccessible et qui me fera mourir de honte si je ne saisis jamais cette écriture – je suis si excessive.

Mon beau-père m’a demandé où j’en étais de l’écriture. Tout le drame tient dans ma réponse : j’en suis aux enfants. Je ne lui en veux pas, c’est d’une grande gentillesse que de demander tant il est vrai que ce n’est pas moi qui en parlerait la première : il ne savait pas, ou alors il avait oublié ? que j’étais éditée, que j’attends la sortie, un jour, de ce livre, un bientôt proche, peut-être. C’est qu’en 2016 j’ai envoyé le manuscrit, en 2017 j’étais retenue, alors 2018 la publication ? Je me dis.

Il m’a demandé, donc. Les enfants, j’ai répondu. Le dessin, j’ai ajouté. Le dessin, je peux pratiquer et m’interrompre il n’y a aucun drame alors que l’écriture je me perds je me mords les joues j’oublie les mots je perds le fil. Les yeux dans ses casseroles, il a eu cette phrase que je n’avais pas vu venir « Et tu les vends ? ». Je m’y suis un peu blessée, non, je ne vends pas je peins pour moi et pour offrir, je ne vends pas et je ne sers à rien je comprends bien, nous voilà revenus à ce point de départ incroyable où je dois faire quelque chose de la vie en dehors des enfants et moi je voudrais bien, vraiment, faire quelque chose de ma vie en dehors des enfants, de l’école à la maison, des particularités des-dits enfants, de la maladie. Je n’ai même pas d’activité extérieure, je ne sors pas, je ne coute rien à mon foyer sinon mes crayons il y a quelques semaines oui mais voilà, toujours ce nerf qui hurle : qu’est-ce que tu lui apportes à ce foyer ? Pas d’argent, c’est certain.

Me voici donc épine.

6 Comments:

  1. Flor

    Merci d’avoir ouvert à nouveau les commentaires…
    Il y a quelques années, pas si longtemps en fait, les femmes restaient au foyer et s’occupaient des enfants et de plein d’autres choses. À présent la norme veut qu’elles se tapent une double journée entre le travail à la maison, qui leur revient encore en grande partie, et leur métier. Tu parles d’une évolution! Finalement il serait donc » normal » que malgré tes soucis de santé, tu travailles en dehors, tu enseignes à tes enfants, tu aies des activités hors du foyer etc. Ne culpabilise pas : quoiqu’on fasse les femmes sont souvent de bonnes cibles. Si tu travaillais à l’extérieur on te reprocherait implicitement d’autres choses : une maison mal tenue, des enfants qui ont du mal à l’école à cause de tes horaires etc. Tu es déjà en attente d’une publication c’est super, n’écoute pas les gens maladroits. Ce mode de vie vous convient à toi et ton mari, c’est ce qui vous semble le mieux pour chacun des membres de votre famille, ça ne regarde que vous. Bonne fin d’année à tous les quatre ! Flor.

    1. Je suis navrée si la fermeture des commentaires est frustrante ^^’ Je n’ai pas vraiment rouvert en réalité, je les ouvre au cas par cas, lorsque je me sens la capacité de répondre à la suite. Cela dépend du coup beaucoup du sujet abordé et/ou de ma fatigue..

      Tu as parfaitement raison, je le vois bien. Il est même très clair que c’est complètement utopique d’espérer concilier autant, et je le sais.. Déjà juste là comme ça, ce n’est pas toujours évident. Ils m’ont déjà reproché de laisser beaucoup de choses à la charge de LeChat (après tout, je ne travaille pas :p ). Comme tu le dis pourtant, notre vie nous convient ainsi et nous faisons au mieux 🙂

      Sauf qu’il a tapé très exactement là où j’avais déjà mal : je m’ennuie. Oh, pas avec mes enfants, pas dans mes journées très remplies, non. Je m’ennuie sur un plan plus cérébral, je manque de stimulation intellectuelle, de conversations passionnantes (adultes). Alors régulièrement je souhaite reprendre mes études (ce à quoi mon mari répond avec justesse que je vais m’y ennuyer si le prof n’est pas passionnant, et il a tellement raison), dans le but hypothétique d’avoir un travail (alors qu’il y a les enfants). Juste, je m’ennuie.
      Alors la belle-famille qui n’envisage pas qu’on puisse ne pas travailler, c’est sûr, il y a un écho dans cet ennui.

      Je résous cette histoire d’ennui et je retire l’épine, le vrai besoin est là.

      Belle fin d’année à toi également 🙂 Merci de tes mots <3

  2. C’est fou comme le quotidien peut avaler l’écriture. J’ai souvent du mal à m’y mettre, alors avec des enfants…
    Parfois on fait de son mieux et c’est déjà une prouesse.
    Je peux comprendre cet ennui et cette envie d’activités plus intellectuelles, je sais que je tournerais vite en rond dans mon cerveau si je n’avais pas la possibilité de le stimuler.
    L’internet est un grand réseau, ne pourrais-tu pas y trouver le genre de conversation que tu recherches ?

    Et le dessin ne me semble pas si raté, on dirait une apparition surgie d’un rêve qui se matérialise peu à peu.

    1. Cela m’arrive sur internet si.. ce n’est tout de même pas la même chose. Je n’entends pas ma voix, celle de l’autre personne, il n’y a pas de silences autour d’une tasse de thé (aussi importants que les mots), .. c’est plus vide. Malgré le fait que je sois très asociale (ou peut-être à cause de cela ?) j’ai besoin de davantage de contacts. Paradoxe 🙂

      Merci pour le dessin, en fait on voit peu de l’ensemble, je n’ai pas photographié ce qui était vraiment le plus raté (pudeur).

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *