Mon test i Companion XL, une aventure éclair

Mon test i Companion XL, une aventure éclair

J’ai de la difficulté pour cuisiner. Éplucher un légume est pratiquement impossible, le découper n’est pas envisageable vraiment non plus. Je n’ai pas la force nécessaire dans les doigts, simplement. Il y a dix jours, LeChat est rentré à la maison avec l’information que le Thermomix c’était formidable, alors j’ai cherché. J’ai une manière toute personnelle de recherche : intensive et intrusive, je sais tout des défauts et des qualités. Alors. Après beaucoup de discussions sur le net, de vidéos d’utilisateurs, de lecture d’avis de tout horizon (dans les cinq cents), d’une recherche approfondie des défauts et retours SAV de chacun (par exemple le Thermomix a l’air d’avoir quelques soucis onéreux passés trois ans d’utilisation), mon choix s’est arrêté sur le Companion XL (quelques soucis trouvés également). Mais c’est le robot qui semble le plus robuste, ou à défaut de moins « mauvaise qualité ». Et puis il est fabriqué en France, et c’est un bon argument en sa faveur, ça.

i companion xl

Nous sommes donc allés le tester en magasin, et bien nous en a pris : impossible pour mes mains d’ouvrir et refermer facilement le couvercle. Ça grippe. Ça râpe. Ma déception est immense, mon mari ne se laisse pas démonter il regarde celui juste à côté : le i-companion XL. Et là miracle, ça glisse avec douceur. Là où le premier est tout en plastique dur, le second est chromé, c’est du beurre, c’est parfait (je rentrerai chez moi me renseigner sur le i-companion xl – ben oui, trois cents euros de différence, je vérifie la bête). La vendeuse est persuadée qu’il ne peut pas pétrir du pain, que le moteur est trop faible pour ça, sa collègue assure le contraire (ça commence bien, dites donc). En cours de manipulation, mon mari peine soudain a remettre le couvercle (il ne me le dit pas, il constate, la vendeuse peine aussi), il ne se prend pas la tête plus que ça, on finit par rentrer chez nous.

Entre temps, mon mari m’épluche et découpe les légumes avant de partir au travail tôt le matin, et je fais ma Ratatouille-Couscous-Trucs-de-légumes – sacrée « meilleur repas de maman » – et je me souviens pourquoi je ne cuisine plus. Je ressors de l’expérience dans un état d’épuisement terrible, je suis agressive et au bord de tomber. J’aime cuisiner, je suis douée en cuisine, je suis incapable de rester debout comme ça et de remuer sans cesse. On mange beaucoup de pâtes, il y a une raison à ça.

Nous achetons le i-companion xl, aussitôt baptisé Shag-Shag (cf Les mondes engloutis).

Dans un absolu très proche, il doit remplacer :
. la cocotte-minute qui rend l’âme
. le gros robot-mixeur cassé de partout (que je ne supporte pas de voir pour des raisons personnelles, donc je ne m’en sers pas)
. le petit robot-mixeur cassé de partout et qui fuit
. le mixeur de soupe/monteur de blanc en neige (qui fatigue un chouille/va encore très bien, mais doublon)
. la machine à pain (va très bien, mais doublon)

Donc sur un plan minimaliste, il a une certaine raison d’être.

i companion xl
Franchement, il porte bien son surnom

C’est parti pour le TEST

. L’application pour les recettes est sympathique, et surtout elle s’installe sans RIEN me demander. Aucun accès, elle ne veut pas ma liste de contacts ou que sais-je, c’est un gros bon point positif. Elle est fluide, les photos sont agréables.

Points négatifs : je la trouve peu fournie, malgré les 6xx recettes annoncées c’est sobre. Et il n’y a pas de répertoire, tout passe par la recherche.
Les commentaires sont très importants, certaines recettes ne sont pas parfaites et mieux vaut suivre les essais déjà faits avant vous. J’y reviendrai.
(Dernier point, finalement, elle demande ma localisation sinon elle refuse le bluetooth, et ça, c’est pénible, pour cuisiner je n’ai pas besoin que Google sache où sont mes casseroles)

. Bluetooth :
Nous tentons pendant quinze minutes de synchroniser le téléphone et l’appareil, ça ne veut pas. Je suis agacée, c’était censé être simple et intuitif et puis.. humm.. en fait c’est moi, j’ai trop protégé mon téléphone et je dois rouvrir des paramètres pour leur permettre de se faire coucou, oups. Effectivement, une fois que nous sommes tous d’accord –moi, un peu moins tout de même, je n’ai pas protégé le téléphone pour retirer ensuite -, tout se passe bien.

Et sinon, on peut cuisiner sans le bluetooth, c’est une affaire de choix (mais dans ce cas, mieux vaut acheter le Companion XL, c’est ridicule un peu sinon).

. L’interface :
En anglais mais très intuitive, aucune difficulté, tout est fluide.

. Une recette :
Il était 19h30 mais il fallait bien que je teste tout de suite ^^
Je choisis les îles flottantes, histoire d’être fixée sur la capacité de Shag-Shag à monter des blancs fermes.
Je lis les commentaires et constate que la crème semble faire défaut, elle n’est pas suffisante par rapport aux blancs. Comme je décide de diviser par deux les œufs (six, pour trois personnes qui vont en manger, c’est beaucoup trop) je conserve la quantité de lait annoncée par contre. Heureusement.. sinon on aurait eu une cuillère à soupe par personne. Et malgré cette précaution, la crème va manquer. La prochaine fois, deux œufs pour trois personnes, ça sera suffisant (c’est assez fou mais Shag-Shag donne l’impression d’avoir rajouté du blanc d’œuf pendant que j’avais le dos tourné).

Points positifs : j’ai lancé Shag-Shag et PENDANT CE TEMPS j’ai mangé. Voilà. C’est tout simple, je n’avais qu’à mettre les ingrédients et vous n’avez pas IDÉE de la merveille que c’est de ne pas être debout derrière une casserole quand on n’en a pas la capacité. J’étais aux anges.
L’application est parfaite avec le pas-à-pas, on ne peut rien rater.

Points négatifs : la crème anglaise a attaché au fond du bol, au milieu. J’avais lu des utilisateurs râler à ce propos (cela se fait au niveau de la résistance, c’est très chaud, ça cuit fortement), j’ai vécu, j’ai compris. C’est vraiment difficile à nettoyer. Ce n’est pas impossible non plus, mais une telle difficulté en cours de recette (puisqu’il faut retirer la crème pour ensuite battre les œufs) c’est un peu agaçant, et surtout je me demande à l’usage, comment cela va pouvoir se gérer ; je n’ai pas la capacité de frotter comme ça. La crème n’est pas extra au goût, mais ayant dû remplacer le lait de vache par du lait d’amande (deux allergiques à la maison), je ne sais pas qui de Shag-Shag ou du lait est en cause, par rapport à ce que j’attendais dans la bouche.
Les œufs ont été montés fermement, très fermement, peut-être un peu trop fermement.. ? Je pense qu’il faut adapter la recette. Et ce goût revient, un peu comme dans le lait.. Je finis par comprendre que je sens le goût du plastique du batteur (pourtant lavé deux fois). Est-ce moi ? Je le sais, j’ai des papilles hyper développées. Hibou n’aime pas le blanc mais adore la crème, Prince adore les deux, je n’ai aucune idée du coup si c’est moi qui crois sentir un truc qui n’y est pas..

En conclusion, ce n’est pas terrible. Les blancs sont un peu étrange d’aspect (j’imagine qu’il faudra s’y faire), le goût n’y est pas.. Pour moi, la recette n’est guère concluante. Limite, je suis même désormais un peu tendue pour la suite ^^’

. Le nettoyage :
La crème a donc attaché au fond de la cuve, ce fut galère à nettoyer. Les blancs aussi, ont attaché. Cette fois c’est LeChat qui nettoie, moi je ne peux plus, et ce n’est guère facile pour lui non plus. Il ne faut pas penser que ça attache comme dans une casserole, non, c’est incrusté et c’est dur à ravoir.
Le batteur nécessite une brosse à cause de la multitude de cavités, la crème comme les blancs refusant de partir au jet d’eau, mais ça se fait relativement facilement (à défaut de rapidement).

☀ ☁ ☂
Les problèmes, les vrais

J’ai tout rangé, remis en place, c’est confortable de ce côté-là.

J’explique à mon mari que je le trouve plus difficile à manipuler que celui du magasin, il ne glisse pas, il grippe. Comme celui en plastique dur, le Companion Xl. Il grippe vraiment. Je peux le faire, mais un jour où mes mains ne pourront pas manipuler facilement sera un jour sans Shag-Shag. Chagriné, mon mari vient tester et confirme. Il teste avec douceur une fois. Deux fois. Trois f..
Et là.
C’est le drame.

i companion xl

On sait maintenant ce qui grippait.
La partie extérieure, chromée, qui donne une sensation visuelle de robustesse.. n’est qu’une plaque collée par-dessus l’appareil. Et cette plaque vient de se prendre dans le couvercle, s’est arrachée, il est impossible de remettre le couvercle sans forcer cette barre déjà décalée. Le risque c’est de casser soit la barre en question (pas très grave non plus) soit la partie plastique du couvercle qui s’enclenche dans la cuve (beaucoup plus grave).
Le couvercle d’ailleurs, s’est abîmé : il grippait, donc ça a laissé des marques à l’intérieur chaque fois qu’on a ouvert et fermé.

Après je pourrais garder l’option de cuisiner sans le couvercle (il le permet), mais commencer avec un appareil déjà abîmé et incomplet, ça augure très mal.

En conclusion, j’ai fait les îles flottantes les plus chères de l’histoire : 994€.

On a lâché l’affaire. Tout de suite.
On a tout remis dans le carton, on n’a pas confiance. Shag-Shag n’est pas pour notre maison.
On va demander ce soir le remboursement, entier, définitif. Le plus frustrant étant que je n’ai aucune idée, n’ayant pu faire qu’une seule recette, de la qualité gustative de ce robot : m’aurait-il convenu ? Il est certain que pour le gain de temps et d’énergie, c’est indéniable que c’est exactement ce dont j’ai besoin. Je comprends l’engouement des gens pour ces robots performants, et indéniablement je suis complètement perdue.

En attendant moi, je ne peux toujours pas cuisiner, et je suis désespérée à un point, vous ne pouvez pas imaginer..