La nuit les yeux ouverts

Je vais bien mieux, ce n’est pas passager c’est une évidence. Et pourtant je ne dors pas, j’insomnise, c’est comme trente-six mille pensées qui me viennent en même temps, je pense à ce que je sais ce que je ne sais pas ce que j’ai un jour dit, un jour fait, je revois les erreurs les failles les horreurs les hontes – quatre ou cinq en quarante-et-un ans ça fait tellement. C’est comme collé aux doigts avec les larmes qui montent. Le sens s’est effondré, c’est arrivé ainsi mais comment est-ce possible divers degrés de responsabilités, je ressasse. Je rêve parfois, je vaux mieux que ça n’est-ce pas.. ? Et alors la pensée part dans un autre sens, est-ce que j’ai fermé la porte est-ce que j’aurai des biscuits pour le petit déjeuner est-ce qu’il va penser à m’ouvrir le pamplemousse est-ce que les mots viennent trop tard est-ce qu’une nuit je dormirai est-ce que je vais toutes les traverser est-ce que j’écoute toujours avec le ventre est-ce que je suis dans le désordre est-ce que je peux marcher sur le bord des trottoirs la tête en l’air est-ce que je suis une personne douce est-ce que ma grand-mère va mourir est-ce que je suis une si mauvaise personne de ne plus les voir est-ce qu’il y a dans le monde plus de serrures que de clés est-ce qu’il y aura assez de soleil cette année pour sécher mon linge est-ce que nous aurons cette maison est-ce qu’on peut regretter certaines secondes sans se faire mal est-ce qu’il y a en moi suffisamment d’intelligence est-ce que je peux te comprendre est-ce qu’on me regarde tous les jours bizarrement ou parfois non est-ce qu’il y a un précipice où le monde tombe est-ce que je peux me souvenir de toutes les personnes rencontrées est-ce que demain je respire est-ce que je peux toucher sa peau est-ce que j’ai noté le livre dont je peine à retenir le titre est-ce que je vais me reconnaitre au réveil est-ce que j’ai un rendez-vous oublié est-ce que tu vas bien je n’ai plus de nouvelles.