Pensine

Fragments – est-ce que tu manques

Chamelier fou – Lockers

.


Je m’épuise un peu pour rien dans des heures où je ne suis pas, la vie disparait et déjà il serait temps de manger un repas non préparé – toujours, ces mêmes gestes à reproduire.. Les assiettes vides, les heures vides, elles manquent d’encouragements je manque. De la mère, de conseils, de l’écoute, de l’amie, le gouffre. Ça sonne en creux.
LeChat a tout préparé ce midi, comme bien souvent lorsqu’il est là il cuisine ; et puis j’ai oublié le plateau devant le dessin animé, ça va râler quand ils se rappelleront. Demain, Robots, pas intérêt à l’oublier encore celui-là. Je manque de quoi alors, de tête ? Sans doute. De tête et de pleins.


Ce soir j’ai fait le pain. Je ne sais pas pourquoi, je repense à celui de ma grand-mère, étrange chose grise au levain tellement vivant il sortait du réfrigérateur il ne tenait pas en place et ce pain alors, bizarre, c’était du pain parce que la forme, parce qu’on avait collé le mot, aussi. Ça n’épongeait pas, ça ne pouvait pas. Un pain gris sombre, un peu comme lui mais trop joli celui-là, non, immontrable, irrefaisable, une chose toute laide pas cuite – mais le premier jour c’était très bon.

.


Ce soir, si ma voisine n’avait pas frappé à la porte pour demander trois clous de girofle – trois juste trois j’ai fait une bêtise j’en ai pris trop – on ne mangeait pas, je manque de quoi, d’une horloge ? J’absente j’absente j’absente.

.


Le printemps et puis l’été, ça veut dire que c’est fini les courges et les graines à faire sécher ou à griller avec du sel, et déjà je manque. La sensation d’abandonner du merveilleux, même si je sais, je le retrouverais à la fin de l’année, celle où peut-être, nous serons ailleurs – l’en attendant la maison. Je n’aime pas la formulation, ça sonne comme en attendant mieux, ça sera vrai, ça n’en est pas moins laid.
Ça se construit en combien d’heures, une maison ?
Un jour on sera vieux, là-bas.
Je me demande ce que ça fait, d’être vieux là-bas. Si ça manque, d’être vieux ailleurs, un peu plus à l’ouest de moi. Je raconterai les oiseaux, centimètres par centimètres sur les branches de tous nos arbres, plusieurs fois parce que je radoterai, je me souviendrai d’un temps où je disais sur internet que nous aurions une maison, un jour, une petite en bois toute passive et pleine d’amour en attente, et un tout petit enfant me dira c’est quoi un oiseau ? Ça manquera, les pépiements. Ça manquera.

.

Une nuit rêver de L. et se demander ce qu’elle devient, est-ce qu’à mon réveil elle riait quelque part dans le monde ? L’imaginer avec trois enfants allez savoir pourquoi, et à crier autant qu’à vingt ans. Je n’ai pas pensé à elle depuis mon mariage, il me semble. Elle ne manque pas, nous nous sommes quittées fâchées, et c’est bien, ce départ de nos vies, même si elle s’est fâchée la première de m’avoir manquée un certain 9 juin. Je n’y étais tellement pour rien, je n’ai pas compris et ça m’a soulagée, aussi. Sans doute ce n’était pas joli que ça ne manque pas, elle était là la fâcherie.

.


Je voudrais acheter d’autres feutres, je ne sais pas ce que ça remplace ce que ça comble ce que ça dit de moi. Pourquoi ce besoin de tant de nuances, qu’est-ce qui m’échappe, est-ce que c’est moi d’ailleurs, je m’échappe à moi-même, peut-être, c’est ça de trop vouloir autre chose que ce qu’on a. Ça serait formidable ça, d’avoir une vie où je sors, je m’imagine lire pour le travail – paradis. Dessiner grand. Vivre grand. Je ne suis pas faite pour ce rien à garder des enfants et la poussière et les repas, je ne suis faite que pour l’immense et le rire dedans.
Bordel oui, je manque.

.

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement. (Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

2 commentaires

  • Marie Kléber

    On sent un plein et un vide, un besoin de grand air et d’espace et de possibles, plus que ce qui est là. Tu es plus que le quotidien et le quotidien parfois nous enferme dans quelque chose qui ne nous ressemble pas.
    Courage pour trouver l’équation qui te correspond davantage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *