piscine vide

Et l’automne qui s’échappe

Je rêve. Depuis que les nuits je ferme les yeux, je rêve, de ma mère, d’araignées, de ma famille, que je dois m’occuper de celle qui m’a élevé, que je refuse, que je n’ai pas le choix, je dois. Je rêve tellement, il parait que la nuit je crie. Je réveille mon mari, je réveille mon fils, je ne me réveille pas. Je suis là pour rêver.

Dehors des rafales de vent bouleversent les arbres, les feuilles, elles balayent l’automne dans un fracas chaque fois étonnant. Régulièrement je relève la tête, je vérifie l’origine de ce sifflement violent et ce ne sont que les feuilles l’une contre l’autre et l’automne qui s’échappe.
Le ciel est noir.

J’ai l’étrange sensation de (re)venir à moi, de m’éveiller, d’habiter cet espace qu’est mon corps réellement pour la première fois de ma vie. Pas entièrement, les écueils sont sous mes pas, j’en vois bien les fragilités. Pour autant.. la différence se voit. Se ressent. Je ne sais pas exactement ce qui a ouvert la porte – doucement la porte, sans bruit – je ne sais pas dire l’infini · la peau · le charme de · ça commence par · l’évidence de · et puis la · juste là · est-ce que tu . Ou je n’ai pas l’audace d’affronter cette fragilité ici. Sans doute. Il me faudra le papier pour cet étourdissement, ce qui tremble, s’achève peut-être. Est-ce qu’on ne fait que frôler les chemins, qu’est-ce qu’on sait des indicibles, de ceux qu’on ne peut transmettre sans se mettre à nue.. se sont les plus difficiles à appréhender, les imposables. Ils doublent la fragilité ressentie.

En passant sur le site du Pr H, je me suis rendue-compte de ma fragilité, l’autre. Et je ne sais plus quoi faire, je suis perdue. Le SED et le covid ne font pas bon ménage, je suis dans la population fortement à risque et il recommande de ne pas travailler. La décision est d’une injustice terrible pour moi, j’en ai besoin pour ma santé mentale, mon équilibre, ma survie en dépend.. je n’arrive pas à envisager de m’arrêter. Je vais devoir en discuter avec mon mari, mais vraiment.. non je n’y arrive pas.


depuis ma chambre, avec le téléphone

Dame Ambre

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement.

(Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

D'autres mots d'hier et d'avant avant-hier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *